Forum de la guilde RP Le Talandra, Navire marchand des mers d'Azeroth, sur le serveur Kirin Tor du MMORPG World of Wacraft.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Balade en folie

Aller en bas 
AuteurMessage
Tym

avatar

Messages : 54

Feuille de personnage
Classe: Voleur
Sexe: Homme
Peuple: Worgen

MessageSujet: Balade en folie   Sam 1 Fév - 17:55


Portrait des différentes personnalités de Tym

Tout commence dans un manoir de Gilnéas, situé au sud de la capitale et aux abords de l'inquiétante Forêt Noire. La grande demeure est évidemment la propriété d'une famille de privilégiés, les Rocvents, plus précisément. Et on pouvait dire des Rocvents qu'ils n'étaient pas de ces nobles qui se complaisent dans l'héritage de leurs ancêtres sans chercher à en retrouver le mérite. Non chaque génération de la maison avait toujours réussi à tenir la réputation de la précédente, solide et inflexible, comme un rocher au milieu de la tempête disait-on, et ce sur le plan physique comme mental.
Chaque génération... Jusqu'à celle-ci.

Le jeune garçon qui vola par la porte des serviteurs pour venir s'écraser tête la première dans la boue de l'arrière-cour à la suite d'un coup de pied au derrière bien placé s'était montré bien indigne aux yeux de son paternel, Grisvald Rocvent. Il avait en effet échoué en de nombreuses façons à répondre à la maxime "un corps sain dans un esprit sain".
Un corps sain ? Il n'y avait rien à tirer de ce gringalet incapable de soulever une épée, de ce blondinet maladroit qui ne savait manier correctement le sabre long et effilé de la famille. Un esprit sain ? Il n'était pas vraiment malsain pour un enfant d'avoir des amis imaginaires, mais ça l'était lorsque ces amis subsistaient encore après ses 16 ans !


"A partir d'aujourd'hui jeune homme, je te déshérite ! Tu n'es plus mon fils ! D'ailleurs je n'ai pas de fils ! Je n'ai devant moi qu'un fou qui patauge dans la boue de ma cour ! Alfred, allez me chercher mon fusil !" rugissait l'homme aux cheveux grisonnants et dont la silhouette sèche avait su rester forte et imposante malgré les affres du temps, à l'encontre de cette engeance incapable qu'il ne pouvait avoir fait lui-même. Il y avait forcément anguille sous roche, sa femme, cette gourgandine avait du le tromper à quelque occasion, ou alors son sang était vicié car la tare qui affligeait son rejeton ne venait certainement pas des Rocvent, de ça il était certain.

Face contre terre, Tym s'était réuni en conseil intrapersonnel pour tenter de trouver une solution ou tout simplement une réaction à adopter devant la situation et chacune de ses différentes personnalités y allait de son avis :

"_Est-ce qu'il va vraiment nous tirer dessus ? demandait l'Innocente, personnification de la crédulité et des interrogations naïves du jeune homme, de sa petite voix inquiète.
_Non-sens total, assura le Connaisseur, centre du savoir et régisseur des connaissances dans cet esprit dérangé. Nous sommes son seul héritier, il doit bien savoir que notre disparition représenterait une perte difficilement réparable pour la famille...
_Ne vous étonnez pas... intervint la voix traînante et dégoulinante de la Guigne, celui qui répandait les envies suicidaires et entretenait les idées moribondes. Il n'a sans doute pas apprécié que vous égorgiez son chien de chasse préféré. Moi je voulais simplement me tailler les veines avec ce couteau... Mais ça n'a plus d'importance maintenant qu'il va nous tuer...
Ce dernier mot éveilla le Dément, principal responsable dans l'affaire, qui s'en était retourné dans ses rêves de carnage et de meurtre après sa dernière prise de contrôle, il y a quelques minutes, et dont il n'était pas peu fier :
_Tuer, tuer, tuer ! Héhé, tu l'as entendu japper ce stupide cabot ?! Je déteste ces chiens, ils sont laids, laids, laids. Ça me donne envie de les tuer, tuer, tuer. chantonna-t-il de sa voix aigrelette avant de se replier dans les recoins sombres de l'esprit du jeune homme, un rire sadique l'accompagnant. De toute les personnalités de Tym, c'était sans doute la plus inquiétante et celle qui méritait le plus d'être surveillée, encore heureux qu'elle n'intervenait que rarement, et plus rarement encore en présence d'êtres humains.
_C'est vrai que nous n'avions encore jamais tué de chiens, reprit l'Explorateur, celui qui veut tout essayer, tout vivre et tout tenter et qui n'existe que pour le frisson de l'inconnu et la perspective de l'aventure. Des poulets, des lapins, des rats, des fourmis et des moustiques, oui. Mais nous n'avions pas encore expérimenté le meurtre sur ces animaux-là. Après tout c'est à ça que veut nous entraîner Père, non ? A tuer. Et il vaut mieux progresser par palier avant d'être prêts à affronter de gros animaux comme les orcs.
_En attendant il a l'air vraiment énervé, dit Tym, qui essayait de remettre la discussion sur ses rails avant qu'elle ne dérive. Vous pensez qu'il va vraiment...
_Pour le savoir il faudrait sortir la tête du sol..."

Se redressant du mieux qu'il pouvait, le jeune gilnéen tourna sa tête maculée de terre humide vers la demeure. Il put tout juste apercevoir son paternel, fusil en main avant qu'un coup de feu n'anime sa silhouette massive et qu'une bille de plomb vienne siffler à ses oreilles.

"_Il l'a fait ! Il l'a vraiment fait ! Alors ça c'est tout nouveau et très intéressant...
_Il veut nous tuer ! Je veux le tuer aussi ! Je peux le tuer, dis, dis, dis ?
_Je suggère un repli rapide et surtout immédiat !"

Bondissant sur ses jambes, Tym se laissa porter par celles-ci à toute vitesse, ne doutant pas que ces chères guibolles pouvaient être dotées d'une volonté propre, sinon de plusieurs tout comme l'était sa tête.

"Même notre propre père ne nous aime pas... constata la Guigne, particulièrement déprimant en cet instant de panique. On devrait le laisser nous tuer pour en finir..."

Évidemment, le jeune garçon ne s'arrêta pas pour obéir à la volonté de ce personnage dépressif et détala à toute vitesse dans le domaine. Arrivé à la barrière qui séparait le manoir de ses campagnes alentours, il bondit comme il n'avait jamais bondi pour s'agripper à son sommet et le franchir, non sans y laisser un pan de son vêtement de soie. Comme s'il était à ça près...


"_Splendide, pensa Tym en passant sa main sur son visage pour y enlever la boue. Et maintenant on fait quoi ?
_Ce n'est qu'un coup de sang, ça lui passera, raisonna le Connaisseur. Père est parfois impulsif comme chacun sait, laissons lui le temps de se calmer, et revenons voir demain. Des suggestions en attendant ?
_Je propose que nous organisions un petit tour du monde durant la soirée. Profitons en tant qu'on est dehors ! dit l'Explorateur, enthousiaste.
_J'ai encore envie de tuer quelque chose ! réclama le Dément.
_Je veux mourir... se plaignit la Guigne.
_Est-ce qu'on ne devrait pas... Euhm... Chercher un endroit où dormir ? essaya timidement l'Innocente qui semblait revenir après le choc de leur fuite éperdue.
_Et manger aussi, ajouta le jeune garçon.
_On peut tuer un truc et le manger ensuite ! Ou le tuer en le mangeant !
_Il doit y avoir un petit village non loin d'ici. Nous pouvons toujours essayer d'y trouver une auberge. Nous aurons alors de quoi nous nourrir et un endroit où dormir. suggéra le Connaisseur
_Ça me va ! En avant ! s'écria l'Explorateur, mettant aussitôt le corps de Tym en marche, poing levé vers l'avant.
_De l'autre côté, si l'on s'en réfère à la position du soleil couchant.
_En avant, alors ! braya l'autre sans se démonter, faisant demi-tour, le poing toujours levé.
_Est-ce qu'on arrivera avant la nuit ? J'ai peur qu'il y ait des dangers dans le noir...
_Je peux tuer les dangers !
_Je veux toujours mourir vous savez..."

Et durant tout le voyage qui le mènerait au village le plus proche, Tym n'avait plus que ces pensées en tête, pour lui-même et tous ses autres lui :

"Calmons nous, tout va bien se passer. Demain tout ira mieux, et tout rentrera dans l'ordre"


Dernière édition par Tym le Lun 3 Fév - 10:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tym

avatar

Messages : 54

Feuille de personnage
Classe: Voleur
Sexe: Homme
Peuple: Worgen

MessageSujet: Re: Balade en folie   Sam 1 Fév - 18:02

La nuit puis la matinée dans l'auberge ne s'étaient pas vraiment mal passées pour Tym, qui n'avait pourtant pas pu se séparer d'un vilain sentiment d'appréhension avant de tomber profondément endormi. Dès leur arrivée dans l'établissement l'Innocente avait du être rassurée plusieurs fois sur la nature des autres clients, il avait fallu retenir le Dément qui voulait tuer tout ceux qui le regardaient de travers -sans doute à cause de ses vêtements plus riches que la moyenne- et empêcher le Connaisseur de s'attarder trop longtemps sur les tarifs de l'auberge et de compter puis recompter l'argent qu'il donnait au tenancier. Au final seul l'Explorateur était heureux de leur venue ici bas, excité à l'idée de pour une fois dormir ailleurs que dans leur chambre. La Guigne, pour sa part, nourrissait quelques idées noires dans un coin de l'esprit du jeune gilnéen avant de les lui lâcher au visage, au moment où il ne désirerait qu'un peu de repos...

La première chose que constata Tym avec bonheur, au matin, c'était que personne n'était venu le lever et que donc il avait pu paresser jusqu'à midi passé. La deuxième était que le petit village animé était plus bruyant que le manoir tranquille de sa famille, et les murs de l'auberge, moins épais que ceux de sa demeure, d'où l'intérêt pour son sommeil de la première chose !

Se frottant les yeux, le jeune garçon sortit doucement de son lit pour se chausser. Il avait dormi tout habillé, comme en témoignaient ses vêtements chiffonnés, sa mère l'aurait sans doute grondé pour ça mais il n'avait jamais été un garçon très propret de toute façon. En descendant, les pieds traînants et la tête encore embrumée, pour profiter du petit déjeuner qui était compris dans la formule qu'il avait payé, Tym sentit l'odeur de jambons, côtes d'agneaux et autres mets appétissants emplir ses narines. Apparemment tout le monde en était déjà rendu au déjeuner et le jeune nobliaux se dit qu'il dénoterait sans doute avec son repas matinal.

Le pain qu'on lui fournit au comptoir était un peu dur, et le lait tiède... Tym mit ça sur le compte de l'établissement à la qualité douteuse, plutôt que sur celui de l'heure tardive à laquelle il s'était levé. Et tandis qu'il mangeait, son esprit se réveillait doucement, avec toutes ses personnalités :


"_Le petit déj' est dégoûtant, on devrait tuer le patron... se plaignit le Dément, plus grognon qu'hystérique au réveil.
_Pas question... Même si c'est vrai que c'est pas super...
_Il a le goût de l'indépendance et de la découverte, rétorqua l'Explorateur. C'est notre premier petit déjeuner en dehors du manoir.
_J'espère que ça sera le dernier alors,  dit l'Innocente. La maison me manque déjà...
_Personne n'est venu nous égorger ou nous dépouiller dans la nuit...  fit noter la Guigne. Je suis un peu déçu...
_Il y a des gens qui font ça ?
_C'est ce que Mère dit...
_Ouais ! Et ces gens là on les appellent des psychopathes !  s'écria le Dément soudainement en pleine forme. Ils viennent dans ta chambre avec un couteau et ils te tuent dans ton lit ! Et ils t'égorgent et ils mangent ton cœur !
L’Innocente eut un frisson qui se répercuta dans tout le corps de Tym avant de s'écrier :
_Arrêtes de dire n'importe quoi !
_Mais c'est vrai ! Tu veux que je te montres ?!
Le jeune homme ferma les yeux, comme pour se protéger des images sanglantes que le Dément produisait.
_Elle a raison, dit-il. Ne commence pas dès le matin et laisse moi manger tranquille..."


Le matin n'était pas le moment que Tym préférait pour discuter avec lui-même, trouvant les interventions de ses "amis" rarement pertinentes en début de journée, n'aspirant qu'à manger tranquillement et surtout parce qu'il avait tendance à laisser les pensées de chacun franchir ses lèvres plus qu'à l'accoutumée. Plusieurs clients aux tables proches de la sienne eurent d'ailleurs l'envie soudaine de s'éloigner de lui. Un type qui parlait tout seul était soit un ivrogne, soit un fou et ce petit n'avait qu'un verre de lait dans la main...

Une fois le repas terminé et l'air frais de l'extérieur retrouvé, Tym se mit en route pour son chez lui. En chemin, une boule se forma dans sa gorge, l'Innocente était anxieuse, et pleine d'appréhension :


"_Et.. Et s'ils ne veulent vraiment plus de nous ?
_Pfeuh... Qui voudrait de nous de toute façon, on est bons à rien...  dit la Guigne d'une voix dégoulinante de déprime.
_Alors on entre quand même et on les tue !
_Non, c'est hors de question, dit Tym, qui secoua la tête pour se débarrasser des plans sanguinaires du Dément. Ils vont forcément nous laisser rentrer, ce n'est qu'une crise passagère, voilà tout.
_Et de toute façon le royaume est grand, il y a plein d'autres endroits où vivre ! On pourrait même franchir le mur et partir découvrir le monde !
_Ça aussi c'est hors de question, répliqua Tym alors qu'il arrivait devant les grilles du domaine familial. On a déjà un chez-nous et c'est juste derrière cette barrière.
_Dans ce cas, pourquoi est-ce qu'il y a un baluchon posé sur le montant de la grille ?"  demanda le Connaisseur, perplexe.

Tym porta son attention sur le dit baluchon, qui était bel et bien dans son champ de vision mais auquel il n'avait pas vraiment fait attention. En effet, c'était bien un baluchon et il en reconnut le tissu comme étant sa propre cape de voyage. A l'intérieur se trouvait une belle brioche -comme savait en faire Josy la boulangère attitrée du domaine- un long couteau de cuisine -qui comptait normalement dans la collection de Martial le cuisinier en chef du manoir- un fer à cheval tout neuf -un de ceux qu'Edouard le garçon d'écurie avait commandé récemment visiblement- le vieux livre de contes et chansonnettes de leur bibliothèque -il n'y avait qu'Alfred, le maître d'hôte et premier précepteur du jeune garçon qui savait encore où trouver ce vieil ouvrage- une poignée de couteaux de jet-"Chef" le maître d'arme connaissait son attrait et son presque début d'adresse pour le lancer de couteau- ainsi que le pendentif portant le symbole des Rocvent, que Tym aurait toujours du avoir sur lui d'ailleurs et même une bourse contenant quelque menue monnaie, mais pas beaucoup plus que ce qu'il avait déjà sur lui.

"_Est-ce que quelqu'un sait ce que ça veut dire ?
_Les domestiques. Ils ont su, expliqua le Connaisseur. Il semblerait que contre toute attente nous soyons effectivement exclus du domaine. Ce ne sont que les cadeaux d'adieu qu'ils ont pu réunir pour nous."
Il est vrai que Tym avait toujours été plus apprécié des serviteurs du domaine que de ses parents. Son père, qui attendait bien souvent plus de son fils que ce qu'il pouvait donner -ou voulait, c'était selon- s'était toujours montré sévère et sa mère, bien que douce, n'était pas plus attentionnée que ne l'exigeait le strict nécessaire. Les serviteurs, qui avaient pour la plupart vu grandir le jeune gilnéen, l'avaient pratiquement élevé eux-même, depuis le changement de langes jusqu'à l'apprentissage de l'histoire du continent ou de l'algèbre. Ils appréciaient aussi sa présence, qui avait égayé les couloirs du manoir quand il était plus jeune, et encore aujourd'hui malgré qu'effectivement "quelque chose n'allait pas rond chez ce pauvre petit" et Tym les aimait tout autant, cherchant à apprendre auprès d'eux des choses que son père n'essayait pas désespérément de lui enfoncer dans le crâne.
C'était sans doute cet intérêt que le jeune garçon leur portait qui fit que chacun avait souhaité lui offrir un petit quelque chose bien à eux, pour lui signifier qu'il leur manquerait.
Enfin, chacun sauf ce taré de maître-chien. Lui et le jeune héritier n'avait jamais pu se sentir et le vieux dompteur avait depuis longtemps dressé ses cabots à lui courir après... Ça lui faisait les mollets qu'il disait...




"Que les cadeaux d'adieu ?" répéta doucement l'Innocente que l'attention, plus que la réalité de la situation menait au bord des larmes.

Tym avait d'ailleurs beaucoup de mal à l'intégrer, la réalité de la situation, tant elle provoquait dans son esprit des réactions différentes, mais toujours vives :

"_Je vous l'avais bien dit... se lamentait la Guigne. Pourquoi est-ce que j'ai toujours raison sur les mauvaises choses...? Laissez moi prendre ce couteau et en finir une fois pour toute !
_Ouais ! Ouais ! Prends le couteau, entre là-dedans et tue les tooooous ! Jusqu'au dernier ! Skwik ! Skwik ! Skwik ! cria le Dément avant de lâcher un rire hystérique.
_Mes amis, je pense qu'il est maintenant temps d'élargir nos horizons...
_Laissez moi juste le temps de trouver une explication rationnelle à tout ça...
_Je veux ma mamaaan...
_...Me tailler les veines avec le couteau...
_Les égorger ! Les étriper !
_Un long voyage nous attend à partir de maintenant...
_Il doit forcément y avoir quelque chose...
_...Les écarteler ! Les démembrer !
_...Ça fera sans doute pas trop mal...
_...vous aviez dit que tout se passerait bieeen...
_...Qui a motivé cette folie...
_...Car à partir de maintenant nous sommes libres ! Libres de...
_TUER ! TUER ! TUER !
_Je veux mouriiiir !
_ASSEZ ! ASSEZ ! FERMEZ LA ! finit par hurler Tym, tombé à genoux les mains sur le crâne, comme si cela pouvait contenir le flot de pensées qui agitaient son cerveau dérangé. JE VAIS RENTRER LA-DEDANS, ET TOUT REDEVIENDRA COMME AVANT ! EST-CE QUE C'EST CLAIR ?!"

Le calme retomba alors sur son esprit, et Tym put presque s'entendre penser lui-même. Il se releva alors et se saisit du baluchon, puis poussa la grille d'entrée pour s'avancer le long du chemin qui menait au manoir.

Il y a des gens qui s'obstinent longtemps à ne pas regarder la vérité en face. En cet instant Tym lui tournait très exactement le dos et cherchait d'un pas rageur à s'en éloigner. Heureusement, il fut vite recadré par quelques coups de feu et un concert d'aboiements, se sentant même pousser quelques talents d'athlétisme tandis qu'il fuyait cette demeure qui fut la sienne, autrefois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tym

avatar

Messages : 54

Feuille de personnage
Classe: Voleur
Sexe: Homme
Peuple: Worgen

MessageSujet: Re: Balade en folie   Sam 1 Fév - 18:05

Haa, l'Aventure ! N'avez vous jamais un jour rêvé de tout abandonner ? De laisser votre vie derrière vous et de partir, pour en vivre une nouvelle, plus palpitante, plus excitante ? Moi, j'y passe mes journées. Et à chaque fois, c'est un nouveau périple merveilleux qui se déroule devant mes yeux, où je traverse des paysages sortis des plus belles peintures et vis au rythme de péripéties dignes des livres de contes.
L'ennui c'est que l'Aventure, c'est tout de même mieux de la vivre que de l'imaginer, et j'ai rarement eu l'occasion de la vivre... Alors quand le destin nous a finalement fait franchir les barrières du manoir, j'ai su que c'était une chance à ne pas rater et pendant que les autres pleuraient notre petite vie perdue, j'ai pris les commandes !

Et depuis, on avance tranquillement sur la route, et personne ne s'en plaint. Enfin personne, sauf l'autre rabat-joie de monsieur Je-sais-tout...



"_Combien de fois devrais-je le répéter ? Gilnéas-city, c'est de l'autre côté. répéta le Connaisseur pour la troisième depuis le début du trajet.
_Mais qui a dit qu'on allait à Gilnéas ? rétorqua simplement l'Explorateur qui avançait, serein, sur une route pavée menant on ne sait-encore-où. Pas moi en tout cas.
_Eh bien selon moi, c'est encore l'endroit le plus sûr où l'on puisse aller, et surtout c'est là-bas que nous sommes le plus susceptible de trouver un habitat, de pouvoir faire valoir notre privilège familial, tant qu'on en dispose encore, et sinon de trouver un emploi. Retrouver une situation stable en somme.
_Une situation stable... Est-ce qu'on ne pourrait pas profiter un peu de l'air pur que l'on respire et des fruits de ce monde ? Tu es bien trop terre à terre tu sais. Le monde entier nous tend les bras ? Tu ne le vois pas ?" tenta l'Explorateur, d'humeur littéraire.

Le dédain que porta le Connaisseur à ces paroles fut si évident qu'il provoqua un roulement des yeux de Tym, sans pour autant entamer l'enthousiasme de sa marche.


"_Très bien, finit par dire le savant. N'allons pas à Gilnéas-city, mais est-ce que tu sais au moins où tu nous emmènes ?
_Je n'en ai pas la moindre idée ! C'est ça l'Aventure ! déclara l'aventurier, aux anges.
_Aventure, aventure... Tu n'as que ce mot à la bouche... Arrêtes toi un moment, et demandons notre chemin à ces passants, dit l'autre, en pointant du doigt deux bergers qui menaient leur troupeau aux abords du sentier.
_Demander le chemin ? Mais il est tout tracé devant nous !
_Le chemin pour le prochain village, imbécile. Tu es peut-être un inconscient, mais je suis encore capable de savoir qu'une simple brioche ne nous fera pas plus d'une journée, et qu'un ravitaillement est obligatoire avant de partir... A l'aventure."

L’Explorateur sembla concéder ce point, car il s'avança vers les deux bergers, s'inclinant et ôtant de sa tête un chapeau qu'il n'avait pas, avant de demander d'une voix claire et assurée :

"_Holà amis bergers ! Sauriez vous renseigner de jeunes gens en quête d'aventures et de multiples péripéties ?

*N'en fais pas trop quand même* prévint le Connaisseur, parasite de raison au milieu des pensées aventureuses qui dominaient dans le cerveau de Tym.

Les deux gilnéens des pâturages échangèrent quelques regards, perplexes devant ce garçon en riches vêtements et ses histoires de "jeunes gens" et de "quête d'aventure et de multiples péripéties" avant de répondre :

_Oui... Enfin... Tout dépend. Qu'est-ce qu'il vous faudrait ?

*La direction. Va à l'essentiel, demande leur simplement la direction*

_Oh, rien de bien compliqué. Simplement la direction générale pour se rendre au lieu de villégiature le plus proche. Nous cherchons de quoi nous sustenter une dernière fois avant de retourner à notre vie d'air pur et d'eau fraîche, voyez vous." déclara Tym, ou plutôt l'Explorateur, en affichant un sourire glorieux.

*Alors que l'on soit bien clair, un lieu de villégiature, ce n'est pas le terme qu'on utilise pour parler d'un village !*

Les bergers se regardèrent une fois encore, la compréhension se lisant soudainement sur leur visage.
Bien sûr... Ce gamin était un de ces illuminés qui se réunissent en cercle dans les bois pour parler au vent... Inutile de chercher plus longtemps, la Forêt Noire semblait tout indiquée pour ce genre de cas. Ils hochèrent la tête en silence avant de pointer la sombre forêt que l'on pouvait distinguer au loin.


"_Vous voulez dire : complètement à l'Ouest ? demanda l'aventureux inconscient, en suivant du regard ce que montraient les bergers.
_Oui." dirent-ils en chœur, alors qu'ils pensaient plutôt : "C'est toi qui est complètement à l'Ouest, mon petit".

"Eh bien merci dans ce cas !  lança l'Explorateur qui se mit aussitôt en route,saluant les deux hommes derrière lui. A une prochaine fois, si d'aventure nous nous recroisons !"

Les deux bergers saluèrent vaguement, avant de retourner vaquer à leurs occupations. Ce n'était sans doute pas très correct, ce qu'ils venaient de faire, mais peut-être bien bien qu'offrir ce jeune benêt aux araignées les dissuaderait de s'en prendre aux troupeaux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tym

avatar

Messages : 54

Feuille de personnage
Classe: Voleur
Sexe: Homme
Peuple: Worgen

MessageSujet: Re: Balade en folie   Sam 1 Fév - 18:11

Vous est-il déjà arrivé de ne vous sentir entouré que d'idiots ? D'avoir à constater chaque jour un niveau toujours plus haut de bêtise humaine ? Avez vous déjà espéré, même un petit instant, que peut-être ce serait différent cette-fois et qu'il y en aurait bien un pour rattraper l'autre ? Avez vous déjà regardé cet espoir être brisé et foulé du pied, sans réagir, parce que au fond de vous, vous saviez que c'était peine perdu ?
Oui ? Parfois, vous dites ? Vous trouvez ça insupportable ?
Je vous en prie, bande de veinards...

Je vis ça tous les jours.

Il ne passe pas un seul jour sans que je doive ramener à la raison, non pas un seul, mais bien quatre inconscients tous égaux en stupidité mais chacun à leur façon. Prenez cet imbécile d'aventurier par exemple, il croit me rendre service en cherchant toujours de nouvelles découvertes à m'envoyer. L'ennui c'est qu'il ne me laisse pas le temps de tout mettre en place et en bonne et due forme ! A quoi ça sert d'acquérir de nouveaux savoirs si on est pas capables de s'en souvenir ! Si ce n'était pas de mon ressort, on réapprendrait à compter tous les matins, avec ces imbéciles ! Et ne me lancez pas sur son petit numéro du "Grand Aventurier Parcourant le Monde à la Recherche de Mille Péripéties", car il n'arrive pas à faire autrement que nous faire passer des idiots !

Et monsieur n'est pas capable de nous dégoter des informations précises pour nous rendre dans un simple village, où nous aurions eu l'espoir de rencontrer des gens civilisés et de réfléchir plus amplement à la meilleure façon de diriger notre vie. Mais non, réfléchir, personne ne connaît ça ici. Et donc vas-y que je fonce tête baissée, plein Ouest qu'ils disaient ? Et bien allons y.
Et voilà, maintenant on arrive au bord d'un précipice, et c'est là que je dois intervenir.



"Alors ?" se risqua l'Explorateur qui se grattait le crâne devant la difficulté représentée par le gouffre, qui s'étendait à perte de vue.

Tym, guidé par son côté le plus aventurier avait marché avec assurance dans la direction indiquée par les bergers, jusqu'à que le sol disparaisse soudainement, plongeant dans une brume noire qu'il pouvait voir en contrebas, mais au travers de laquelle il ne parvenait à rien discerner. Il lui était ainsi quasiment impossible de savoir qu'elle était la profondeur du précipice, son seul indice étant la cime des arbres qui crevait la surface de l'épais brouillard et offrait à sa vue leurs branches crochues et leurs feuilles aux couleurs sombres. Rien de bien encourageant en sommes, surtout pour un explorateur qui ne s'était encore jamais aventuré au-delà du domaine douillet de sa famille.


"_Alors ? répéta le Connaisseur. Sais-tu seulement où nous sommes ?
_Pas plus qu'avant, à vrai dire.
_Nous sommes aux frontières de la Forêt Noire, mon cher. Un pas de plus et tu nous fais tomber dans l'un des endroits les plus dangereux du royaume, perdus dans le brouillard, nous serions à la merci des monstres, des bêtes et autres horreurs spectrales qui résident ici, expliqua le savant, avec toute la hauteur que pouvait prendre l'alter-ego d'un esprit dérangé. C'est pourquoi je suggère que...
_Eyh, où sommes nous maintenant ? demanda Tym, qui apparemment s'était remis du choc de son exil. Qu'est-ce que vous me faites faire au bord de ce gouffre ?
_Nous allions partir juste... commença le Connaisseur.
_On a trouvé la Forêt Noire !
_Non ?! C'est vrai ?!
_Eh bien...
_Mais il paraît que c'est dangereux !
_Très dangereux, même. Excitant non ?!
_En fait...
_A vrai dire...
_Allons ! Ça ne vous dit pas de vérifier toutes ces légendes qu'on entend sur la forêt ?! Les ogres des bois ? Les loups mangeurs de jeunes vierges ?
_Moi cet endroit me fait froid dans le dos, glissa doucement l'Innocente, elle aussi sortie de son cocon de douce naïveté. Et puis les légendes sur la Forêt parlent toujours de choses atroces, et de gens qui se perdent...
_Et de monstres sanguinaires ! Moi j'aime le sang ! Surtout quand y en a partout ! s'écria le Dément. Héhéhéhé ! C'est glauque, glauque à souhait ! On y va, hein, hein, hein ?!
_Et bien...
_Non, non...
_C'est tout à fait hors de question.
_Je vous connais assez pour savoir que si on ne le fait pas maintenant, on ne le fera jamais ! Et je refuse que nous laissions passer cette occasion !
_Vous sentez, ça ? demanda le Dément, écartant les bras de Tym et humant l'air, semblant s'en délecter. C'est l'odeur du meurtre, sauvage et impulsif. Les trucs qui habitent là-dedans vivent pour tuer. C'est... Dément !"

Un silence pesant tomba sur l'esprit de Tym suite à cette déclaration. Un silence qui fut seulement brisé par l'arrivée inopportune de la Guigne, qui avait visiblement broyé suffisamment de noir dans son coin aujourd'hui.

"Oh ça y est vous vous êtes enfin décidés à faire le grand saut... dit-il, alors qu'il se faisait apparemment une fausse idée sur la posture que prenait le corps de Tym, au bord du gouffre. Attendez, je vais y aller, ça me paraît logique étant donné que c'est moi qui ait toujours cherché à vous convaincre de le faire"

Et avant qu'une pensée puisse faire objection à cela, Tym se laissa tomber en avant, les bras toujours écartés, comme un suicidaire se jetant dans les bras de la Mort. Mais pourtant, alors qu'il plongeait dans le vide, le jeune homme n'était pas vraiment prêt à rencontrer la faucheuse...

"_Et bien mes amis, se fut un plaisir de voyager avec vous... déclara solennellement l'Explorateur.
_Hihihihi... J'ai hâte d'entendre le bruit de nos os broyés !
_MAIS JE VEUX PAS MOURIR MOAAAAAA... pleurnicha l'Innocente
_Alors ça par contre... Ça craint. Merci, hein. Vraiment.
_Enfin toute cette vie de misère va se terminer...
_NON MAIS EST-CE QUE L'UN D'ENTRE VOUS VA SE LAISSER POUSSER UN PEU DE BON SENS UN JOUR ?!" tempêta le Connaisseur.


Évidemment dans ce genre de situation, beaucoup aurait eu tôt fait de réunir toute leur foi en leur divinité et de prier une dernière fois pour leur salut, mais pas Tym. Il était en effet trop occupé à se chamailler avec ceux qui avaient mis sa vie en danger pour espérer qu'un miracle quelconque vienne le sauver...


Dernière édition par Tym le Lun 3 Fév - 10:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tym

avatar

Messages : 54

Feuille de personnage
Classe: Voleur
Sexe: Homme
Peuple: Worgen

MessageSujet: Re: Balade en folie   Lun 3 Fév - 9:57

Les autres disent que je suis inutile, que je ne suis qu'un poids, et que je suis peut-être le plus dangereux pour notre vie.
Ils n'ont pas tort, mais s'ils savaient... A croire que ça ne leur arrive jamais de penser à quel point leur existence est futile, qu'on n'est qu'une poussière dans Azeroth, qui en plus est une poussière dans le Néant... Même le Connaisseur, qui croit tout savoir, il ne se rend pas compte qu'on est rien. Pourtant il y a tellement de signes autour de nous qui montrent que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue : nos parents se fichent de nous, notre royaume est enfermé derrière un mur et surtout, il est tellement plus facile de mourir. Il y a une infinité de moyens de s'ôter la vie, qui sont autant de difficultés à la garder. Je le sais, je les envisage toutes une par une.

Alors au final, pourquoi on lutterait si notre existence ne signifie rien ? A ça, personne ne m'a donné la réponse, alors j'ai compris qu'il n'y en avait pas. Et les autres l'ont compris aussi, sinon ils ne m'auraient pas offert une falaise au pied de laquelle nous écraser. Pourtant quand j'ai franchi le pas, ils n'avaient pas l'air de ressentir la petite étincelle de soulagement qui s'était allumée devant la perspective d'enfin en terminer... Ils étaient trop occupés à paniquer. Mais moi je le savais, je savais que j'avais fait ce qu'il fallait faire.

Et pour notre dernier moment sur Azeroth, je me prend à espérer que notre mort ne sera pas trop douloureuse. Mais je vais sûrement encore être déçu...



La rapide descente aux enfers de Tym se fit en plusieurs paliers. Tout d'abord, il rebondit sur un escarpement rocheux qui lui coupa le souffle, le forçant à se replier sur lui-même en une petite boule misérable de chair qui put pénétrer plus facilement les branchages des arbres. L'une de ces branches, tendue comme une main salvatrice, ne réussit qu'à lui griffer le visage, à lui lacérer les vêtements et à dévier sa trajectoire, afin que le jeune homme puisse retrouver les brutales parois rocheuses. Celles-ci l'accueillirent en entamant un peu plus sa tenue coûteuse de nobliaux et en lui offrant un rocher où fracasser son crâne. Enfin, un vieux tronc pourrissant rongé par les champignons qui avait lui aussi décidé d'en finir avec sa misérable existence, se présenta sous lui et céda avec force craquements et nuages de spores à sa masse corporelle en chute libre.

Le baluchon eut plus de chance, et se contenta de glisser et de rouler contre la falaise pour tomber quelques mètres à côté de son propriétaire.

Tym ne sut jamais combien de temps il était resté assommé. A vrai dire, à son réveil ce n'était pas son souci principal :


"_Zut. J'ai raté mon coup. Encore... constata la Guigne après s'être rendu compte qu'il était encore capable d'ouvrir les yeux. Il put voir aussi que, une fois à l'intérieur, la brume qui recouvrait les lieux ne semblait plus si opaque et que l'on pouvait voir à une bonne dizaine de mètres devant soi. Cependant, il fallait bien le dire, le soleil peinait à passer le brouillard malsain et l'ambiance ici bas était lugubre, oppressante, sombre. Même les oiseaux n'avaient pas envie d'y chanter et préféraient laisser pleurer les corbeaux pour aller faire leurs nids ailleurs...

_Haa... J'ai maal... gémit Tym qui venait de remarquer que le moindre mouvement lui causait une douleur atroce.
_Une douleur généralisée... C'est inédit ça, non ? Même quand on se faisait rosser on avait pas mal à autant d'endroits...
_La ferme, toi, ordonna le Connaisseur. Je tiens à rappeler que c'est entièrement de ta faute si on en est là.
_J'ai l'impression d'avoir des bobos sur mes bobos...
_Hihihi ! Du sang ! Du sang ! ricana le Dément qui avait senti la douce odeur. Dommage que ce soit le nôtre, mais va falloir s'en contenter."

Le jeune gilnéen commença à se relever, mais ses vertiges le ramenèrent à terre presque aussitôt. Le Dément disait vrai, il saignait et il fallait arrêter ça au plus vite. En voulant déchirer ce qui restait de ses vêtements en lambeaux, Tym se rendit compte qu'il était même trop amoché pour effectuer cette simple tâche. Il envisagea de se laisser retomber dans l'inconscience un moment, le temps que son corps reprenne des forces... Et que des bestioles viennent le dévorer dans son sommeil, et qu'il continue de saigner jusqu'à la mort, et que des spores se répandent dans son corps pour le transformer en champignonnière humaine et...

"Bon, d'accord,
râla le jeune homme qui voulait mettre fin au flot d'images sordides que lui envoyait un Connaisseur imaginatif. Mais tu es vraiment écœurant parfois..."

Tym entreprit donc rapidement de convertir les pièces de tissu, qui constituaient autrefois de très beaux vêtements, en quelques bandages de fortune appliqués sur ses plaies les plus graves et se débarrassa de la plupart des débris végétaux qui s'étaient accrochés à lui. Rampant ensuite jusqu'au baluchon, le jeune garçon en extirpa la brioche qu'il entama rapidement, avec une petite pensée pour Josy -bénie soit-elle, qu'est-ce qu'elle lui manquerait- la boulangère qui avait préparé cette douceur. Et tout en mangeant, il réfléchit à la suite des opérations :

"_Si l'on pouvait quitter cet endroit avant la nuit, ce serait parfait, déclara le gilnéen qui n'était pas vraiment enthousiaste à l'idée de dormir dans le coin. Enfin, s'il ne fait pas déjà nuit... ajouta-t-il au vu de la semi-obscurité qui régnait dans la forêt.
_Il faudrait se diriger vers le Sud pour ça, dit le Connaisseur qui se souvenait de sa géographie. A moins d'escalader la falaise -ce qui est exclu, vu notre état- je dirais qu'il nous faut aller... Dans cette direction, annonça-t-il.
_Tsk, je suis sûr qu'on irait plus vite en coupant par l'intérieur, rétorqua l'Explorateur.
_Non. Vois-tu cette forêt se trouve dans une cuvette rocheuse qui ne s'ouvre qu'au Sud, expliqua le savant avec hauteur. Et puisque nous venons de l'Est, alors il suffit que nous gardions la falaise sur notre côté gauche pour être sûrs de nous diriger vers ce Sud... Pas de raccourci douteux, pas d'exploration inutile, d'accord ?
_Moi ça me va, déclara Tym. Et puis ici on est pas vraiment dans la forêt, en principe il ne devrait rien nous arriver.
_J'espère que oui. Cet endroit me fait vraiment peur...
_Pourtant j'ai la certitude que passer par l'intérieur serait plus court, insista l'aventurier malgré tout.
_Ce serait le chemin le plus court vers la mort, imbécile...
_Quelqu'un a parlé de mourir ? demanda soudainement la Guigne qui avait sagement fait profil-bas depuis leur réveil.

Inutile de dire qu'il se fit proprement incendier et envoyer balader, après quoi le jeune gilnéen se mit en route, s'aidant de son bâton pour mettre en mouvement ses membres endoloris, longeant la falaise comme le voulait le plan sans risque et sans faille du Connaisseur. Celui-ci ne suffit pourtant pas à le rassurer, et au bout de quelques pas il sortit le couteau de cuisine de son baluchon, l'empoignant à peu près fermement. "Juste au cas où" se dit-il.

En effet, il n'appréciait pas vraiment d'avoir une arme en main -tranchante qui plus est- car à chaque fois, il sentait au bord de son esprit le Dément, prêt à saisir la moindre occasion de s'emparer de son bras et de faire une de ces folies dont il avait le secret. Chose dérangeante au possible, vous pensez bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tym

avatar

Messages : 54

Feuille de personnage
Classe: Voleur
Sexe: Homme
Peuple: Worgen

MessageSujet: Re: Balade en folie   Lun 3 Fév - 9:58

Hihihihi ! Le sang, le sang, le sang ! Est-ce que je suis vraiment le seul à aimer le voir couler ? A aimer ce petit goût cuivré sur la langue ? Moi j'aime le sang ! C'est rouge, c'est chaud et c'est plein de bonnes choses ! On pourrait en prendre des bains, c'est certain que ce serait bon pour la santé !

Les autres disent que ça fait de moi un malade, mais ils n'ont aucune passion dans la vie ! L'aventure et la connaissance, ha ! Des centres d'intérêt... Sans aucun intérêt ! Hihihihi !

Moi ma passion, c'est le sang ! C'est le meurtre ! Et c'est beaucoup plus concret ! C'est simple : quand on finit un bouquin, il se passe rien... Quand on met fin à une vie, ça se voit, ça se sent, elle est à nous maintenant ! Et il en reste toujours un peu sur la lame du couteau... Alors on y goûte... Héhéhé... Le goût du sang, le goût de la vie, c'est du pareil au même vous voyez !

Et y a pas de secret, pour goûter la vie, il faut la prendre ! Et pour la prendre y a p-

Attendez ! Attendez ! On a un couteau dans la main ? Nyahahahah ! Chut, chut ! Taisez vous !

Ça va être à moi d'entrer en scène....



Tym était nerveux. Même s'il ne faisait que marcher aux abords de la forêt et qu'il prenait bien soin de rester près de la falaise rocheuse, l'endroit restait tout de même le plus dangereux du royaume. Cela faisait plusieurs minutes que le jeune homme marchait, et la forêt n'avait pas donné de réel signe de vie. Pas de bruissement de feuille, pas de cri d'oiseau, pas de bruits animaux. Loin d'être rassurant, le silence qui régnait se faisait oppressant et Tym ne souhaitait rien de plus que sortir d'ici en vitesse. D'ailleurs ses autres lui n'en menaient pas plus large et, mis à part l'Explorateur, restaient sagement dans un coin de son esprit.
Ce calme intérieur n'inspirait pas plus confiance au gilnéen que l'habituel chaos qui agitait ses pensées, comme s'il se tramait quelque chose dans sa tête, quelque chose qu'il ignorait et qui pourrait sans doute expliquer pourquoi il sentait le sourire cruel du Dément juste derrière sa conscience.

Le jeune gilnéen était blessé, commençait à avoir réellement soif et, tendu comme un ressort, se sentait prêt à bondir par dessus la falaise au moindre bruit suspect... Qui ne tarda pas à se faire entendre.

Un buisson s'agita non loin de lui, avec un léger bruissement. Ce n'était pas grand chose, mais cela suffit à arracher un cri au gringalet qui fit un bond en arrière, ramenant ses bras devant son visage. Suite à sa réaction, un éclair de fourrure rousse jaillit du buisson et s'élança dans la forêt, laissant Tym se détendre rapidement. Sur le visage du jeune homme, seul un large sourire fou indiquait qu'un changement venait de s'opérer dans son esprit. Il raffermit la prise sur son couteau et son baluchon et s'élança après l'animal tout en chantonnant :


"Brille, brille, petite lame. Tu gouteras une nouvelle âme !"

Un gloussement hystérique suivit la chansonnette tandis que le tueur en herbe poursuivait la bête : un renard tout ce qu'il y avait de plus beau dans un endroit si glauque. Mais ce détail avait bien peu d'importance pour quelqu'un qui n'aspirait qu'à voir le sang couler. D'ailleurs, tout à sa quête d'un peu plus d'hémoglobine, le Dément rangea bien loin toute idée de prudence et se laissa mener plus profondément dans la forêt par sa proie bondissante. Inutile de dire que peu importe le destin final de l'animal, Tym se retrouverait pour sa part complètement perdu.

Puis finalement, ce furent les jambes du jeune homme qui cédèrent. Affaibli par ses blessures et éreinté par sa course vaine, le schizophrène flancha et s'écroula, laissant filer le petit animal roux qui disparut dans les broussailles. Dans un grondement de dépit, le Dément planta le couteau dans la terre meuble devant lui et retourna dans les recoins sombres de l'esprit du gilnéen qui haletait, le souffle court.


"_Non mais t'es malade ! s'écria Tym en pensée. Pourquoi t'as fait ça ?
_J'allais le choper, et les jambes ont arrêté de courir... grommela le tueur. Je suis terriblement frustré en ce moment même ! Il faut que je tue quelque chose !
_Est-ce que tu te rends compte que dans notre état, ce genre de folie n'est ni de bon aloi, ni recommandé...? questionna le Connaisseur, affligé.
_En plus, tu es très méchant d'avoir voulu tuer ce pauvre petit animal sans défense... rouspéta l'Innocente, aussi sévèrement que pouvait l'être une fillette haute comme trois pommes.
_Hé bien mes amis, on dirait que nous sommes finalement au beau milieu de la forêt ! Qu'est-ce que vous diriez de- commença l'Explorateur, brusquement interrompu par un Connaisseur belliqueux :
_Non ! Non ! Non ! Toi tu la fermes ! Si je ne te savais pas stupide, je penserais que c'est toi qui a créé cette situation stupide pour satisfaire tes besoins tout aussi stupides d'aventures stupides ! tonna le savant en appuyant avec hargne sur le mot 'stupide'.
_Du calme... Du calme... disait Tym tout en se relevant, portant une main à sa tempe. On a pas du aller bien loin...
_Oui, renchérit le Connaisseur qui mettait déjà à profit les ressources intellectuelles du jeune homme pour trouver un moyen de les sortir de ce mauvais pas. Si nous rebroussons chemin maintenant, il y a des chances pour que l'on retrouve l'endroit où nous étions avant que cet imbécile de Dément ne fasse des siennes. Alors nous pourrons reprendre notre route tranquillement, comme si rien de tout ça ne s'était passé."


L'idée, toute raisonnable fut-elle, n'eut pas le temps de trouver l'approbation qu'un nouveau bruissement se fit entendre. Le renard pourchassé quelques minutes plus tôt déboula en trombe dans la direction du jeune homme, qui crut un instant que l'animal cherchait vengeance. Mais le petit éclair roux lui passa largement à côté et fila de nouveau dans la brume. Tym le suivit du regard un moment, puis le Dément se saisit à nouveau du couteau, déclenchant dans l'esprit du gilnéen un concert de "Non, non, non !" déclamé sur tous les tons.

Un autre bruissement se fit entendre à l'endroit d'où avait jailli le renard et lorsque le jeune schizophrène tourna la tête, il fit face à la plus terrifiante créature qu'il lui ait été donné de voir jusque là.

Il avait déjà vu nombre d'araignées au manoir -le Dément prenait plaisir à leur arracher les pattes une à une- et il avait entendu parler des araignées géantes -l'Innocente tremblait de peur à leur simple pensée- qui vivaient dans la Forêt Noire et enfermaient les imprudents dans des cocons de toiles avant de siroter leur fluides vitaux au déjeuner.
Mais jamais, ô grand jamais, il n'avait pensé tomber nez à nez avec une de ces horribles bestioles...

Et tandis que dans la tête du gilnéen, chaque personnalité cherchait à s'enfouir plus profondément que les autres dans les replis de sa conscience, un petit mot franchit ses lèvres, prononcé par une Innocente en état de choc :


"Maman."

Les mandibules cliquetantes, l'araignée resta un moment figée devant cette nouvelle forme de vie qui avait l'air plus succulent que le renard sur lequel elle avait jeté son dévolu. Puis lorsqu'il devint évident pour ses sens que cette proie serait meilleure à manger, la bestiole -dont l'existence aurait pu gentiment se limiter aux pires cauchemars de Tym- se dressa de toute sa hauteur, agitant ses longues pattes chitineuses et lâcha un crissement terrible.

Savoir d'où vinrent le souffle et l'énergie qui permirent au jeune gilnéen de détaler tout en hurlant comme une fillette relève encore du mystère, tout comme la présence d'esprit qui lui permit de garder son précieux baluchon et son couteau...


Dernière édition par Tym le Lun 3 Fév - 10:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tym

avatar

Messages : 54

Feuille de personnage
Classe: Voleur
Sexe: Homme
Peuple: Worgen

MessageSujet: Re: Balade en folie   Lun 3 Fév - 10:00

Coucou c'est moi, l'Innocente ! Alors moi je suis une petite fiiiille qui vit dans la tête d'un graaand garçon. Parfois je me demande ce que je fais là. Mais c'est pas grave, parce que je suis pas toute seule ! Avec moi y a d'autres grands garçons, et ils ne sont pas toujours très gentils. Ils sont un peu fous, et des fois ils sont vraiment inquiétants ! Mais je sais qu'ils sont pas si méchants, parce qu'au fond, tout le monde est gentil ! Il suffit de savoir ouvrir son cœur...

Moi j'essaye toujours de voir ce qu'il y a de bien chez les gens, parce qu'il faut toujours laisser une chance à son prochain. J'aimerais vraiment que les autres, ils voient les choses comme moi, mais comme je suis une petite fille, ils disent que je sers à rien et ça m'embête beaucoup ! Ils ne veulent jamais me laisser décider de ce qu'on fait et je crois que des fois ils ne m'écoutent même pas... Parfois je me demande s'ils savent que je suis là.

Mais cette fois, ils m'ont laissé toute la place que je voulais. Faut dire que la grosse vilaine araignée, elle nous a fait vraiment très peur, alors on s'est caché dans un arbre très très vite. Mais maintenant on sait plus vraiment où on est, alors je crois qu'il faut que je descende pour aller demander le chemin à une gentille personne. En fait, ils sont tous cachés et je suis toute seule à nous faire bouger, c'est plutôt rigolo !

Maintenant, il faut que je trouve les gentilles personnes et que je fasse très attention aux monstres dans la forêt... Ben oui, les monstres ils mangent toujours les petites filles sans défense et dans cette forêt, il y a beaucoup de monstres !

J'espère qu'il y a aussi beaucoup de gentilles personnes...



Descendu du perchoir où il s'était réfugié le temps que l'araignée le délaisse, Tym regarda autour de lui, avec l'air d'un enfant indécis. L’Innocente, seule aux commandes était bien embêtée, car elle ne savait pas du tout où aller et pire encore, elle devait prendre sur elle l'état très affaibli du corps du gilnéen. Aussi, à peine se fut-il saisi du baluchon laissé une fois de plus au sol, que Tym se laissa tomber sur les fesses avec un petit gémissement plaintif. Entrouvrant légèrement la bouche, l'Innocente cherchait dans la brume autour d'elle une ouverture parmi les arbres qui serait plus accueillante qu'une autre, une direction à suivre qui lui inspirerait le plus confiance.

C'est alors qu'un petit gloussement enfantin se fit entendre, semblant venir de nulle part, et de partout à la fois. Tym sursauta, tournant vivement le regard dans tous les sens, à la recherche de la source de ce son. Peu rassurée, l'Innocente mit son corps debout, serrant nerveusement le baluchon qui lui servait d'appui.




"Euh...  Excusez moi de vous embêter, mais on est perdus et..." commença-t-elle d'une petite voix hésitante, avant qu'un nouveau rire vienne sonner à sa gauche, provoquant un autre sursaut du jeune homme. "S'il-vous-plaît, vous pouvez arrêter de vous cacher et de me faire peur ? C'est pas très gentil..." reprit l'Innocente, en cherchant à percevoir à travers la brume la personne qui pouvait bien lui tourner autour ainsi.

La silhouette d'un petit garçon apparut finalement de derrière un arbre, un air rieur figé sur son visage d'une pâleur extrême. Très jeune, il ne devait pas avoir plus de dix ans et était vêtu assez simplement d'une salopette terne et d'une chemise blanche et de petits souliers trônaient à ses pieds. Ses cheveux noirs étaient ébouriffés par une petite vie passée au grand air et ses grands yeux bleu pâle fixaient Tym avec espièglerie.
Le gloussement se fit entendre une nouvelle fois puis, sans prévenir, le garçonnet s'élança joyeusement dans la brume. 

Boitant plus qu'elle ne courait, l'Innocente voulut le suivre, lui demandant d'une voix plaintive de l'attendre. Joueur, le petit se dissimulait derrière un arbre puis un autre avant de venir courir autour du gilnéen d'un petit pas dansant, ignorant les plaintes de l'Innocente qui ne voulait que se renseigner sur la route à suivre. Puis peu à peu, le côté enfantin de Tym se prit au jeu, et une partie de cache-cache commença entre les troncs pourris et dans les nuages de brume lugubre, bien qu'il put paraître singulier pour tout observateur extérieur de voir un jeune homme couverts de bandages de fortune, et visiblement bien esquinté, s'adonner à un jeu si enfantin.

Étrangement, le petit garçon ne faisait pas de bruit en se dissimulant dans les buissons, et son passage laissait le brouillard imperturbable, mais l'Innocente ne nota pas ses détails, toute à son jeu. Et ainsi, après quelques temps passés à gambader dans la forêt, le garçonnet finit par mener le gilnéen vers un imposant monticule de terre, creusé comme un immense terrier. Trottant vers cette gueule de terre, le petit ne s'arrêta pas et disparut dans l'obscurité.
Tym s'arrêta à l'entrée, reprenant son souffle et étirant ses muscles endoloris, avant de passer la tête dans le grand terrier qui -maintenant que l'Innocente y pensait- semblait bien effrayant.


"Ehoooh... Tu es sûr que c'est pas dangereux ici ?" demanda-t-elle doucement, tandis que ses yeux essayaient en vain de percer l'obscurité. Aucune réponse ne vint, et Tym entra à son tour sous le monticule, pour rejoindre son nouvel ami.
Longeant les parois de terre, l'Innocente sentait son malaise augmenter tandis qu'elle descendait à l'aveuglette dans ce grand trou et elle poussa un petit cri lorsqu'elle fit buter son pied sur une racine qui passait par là, s'étalant sur ce qui -au toucher- ressemblait à un tapis de mousse humide plus ou moins moelleuse.

Plus encore que le fait de se retrouver à terre, le confort relatif du tapis végétal rappela à l'Innocente qu'elle était éreintée et que ce corps qu'elle partageait avec quatre autres personnes avait bien besoin de repos. S'allongeant alors de tout son long sur la mousse, elle serra dans ses mains le baluchon, s'efforçant d'ignorer sa peur des choses dissimulées dans le noir.

Grand bien lui en fit, car juste au dos de Tym reposait le squelette imposant de ce qui pouvait être identifié comme un blaireau géant aux crocs et aux griffes disproportionnés. Et lorsque la fatigue vint finalement l'emporter, le pied du gilnéen rencontra un petit crâne humain qui alla rouler plus loin.


Teddy Winthrope, cadet d'une famille de fermiers qui s'étaient installés dans les environs, avait choisi il y a de cela des années de se cacher dans la Forêt Noire lors d'une partie de cache-cache avec ses frères et sœurs, et pour peu que l'on en apprit à l'époque, il n'en était jamais revenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tym

avatar

Messages : 54

Feuille de personnage
Classe: Voleur
Sexe: Homme
Peuple: Worgen

MessageSujet: Re: Balade en folie   Lun 3 Fév - 10:02

Hmm... Par où commencer ?

C'est pas tous les jours facile d'avoir des amis dans sa tête... D'accord, ça fait passer le temps et ça rend la vie moins ennuyeuse mais... Ça la rend aussi plus compliquée. Déjà, les gens vous prennent pour un fou et même s'ils n'osent pas forcément vous le dire, ça n'aide pas à s'en faire à l'extérieur, des amis. Les conversations peuvent être difficiles, parce qu'ils ne savent pas forcément qui leur parle ! A la maison c'était plutôt simple, les gens ne voulaient pas parler avec les autres. Ou du moins ils faisaient comme s'ils n'avaient qu'un seul interlocuteur. Enfin, dans un sens ils ont raison parce que je suis seul devant eux mais... Vous voyez le topo. Et puis il y a toujours ces bousculades pour savoir qui peut prendre la parole et qui peut prendre le contrôle de tout le reste. J'ai la priorité parce que c'est ma tête tout de même, mais je dois avouer avoir quelques problèmes quand il s'agit de maintenir un ordre dans tout ça.

Et forcément quand je ne suis pas là pour garder le contrôle et bien... Surviennent quelques désagréments. Comme tomber dans une forêt mortellement dangereuse. Et ensuite on en vient à se disputer sur la marche à suivre.

Rectification, on se dispute toujours sur la marche à suivre, c'est le problème d'avoir des amis aussi... Différents. Heureusement on arrive parfois à se mettre d'accord pour faire les bonnes choses. Dans le cas présent, ça me semble assez vital d'avoir une bonne coordination au sein de ma tête.



"_Donc ! Je récapitule : Nous avons bu l'eau de cette rivière. Elle était fraiche et semblait saine, commença le Connaisseur qui voulait commencer un petit guide de survie dans la Forêt Noire.
_Oui
_Affirmatif, c'est même moi qui ai repéré le roulis de l'eau sur les cailloux dans le lointain et... fit noter l'Explorateur, pas peu fier.
_C'est quand même pas très très hygiénique... intervint une Innocente embarrassée.
_Nous avons ensuite mangé ces baies rouges... Malgré que je vous l'ai fortement déconseillé !
_Elles étaient rouge comme...
_Du sang ! Du sang sucré ! Comme un petit meurtre que tu gardes en dessert !
_Où avons nous passé la dernière nuit ?
_Dans une vieille souche.
_Et la nuit d'avant ?
_Dans un trou au pied d'un arbre... C'est si important ? demanda Tym, agacé par ces questions qui l'empêchaient de se concentrer sur sa marche.
_Oui, car ça veut dire que statistiquement les arbres sont ce que cet endroit a de plus accueillant, et c'est une très bonne chose car il y en a partout !
_C'est étonnant dans une forêt...
_C'est très étonnant, car c'est normalement dans ces trous que se cachent les animaux agressifs et mortels. J'ai pensé que vous seriez heureux de le remarquer.
_De toute façon on a pas croisé d'animaux depuis..." le jeune homme frémit alors que la pensée de huit yeux luisants et de huit pattes galopantes lui revenait en mémoire. Heureusement -tout est relatif cela dit- un long hurlement animal l'interrompit dans ses pensées. Dans un sursaut, le gilnéen vint se plaquer contre un arbre, ses mains tremblantes serrées autour du baluchon qui contenait ses pauvres armes de fortune.

"_C'était quoi ça encore ?
_Selon toute vraisemblance, un loup... renseigna le Connaisseur qui n'en menait malgré tout pas plus large que les autres.
_C'est le Grand Méchant Loup ! Il mange les petites filles ! Il faut qu'on se cache vite vite vite ! piaffait l'Innocente tandis qu'elle remuait les bras du gilnéen dans tous les sens, en proie à la panique.
_Dans l'arbre ! Les loups ne savent pas grimper aux arbres !"

Sans se poser plus de question, Tym se saisit d'une branche et se hissa dans les ramures de l'arbre contre lequel il venait de s'appuyer. Par chance, des années à être poursuivi par les chiens de chasse de son domaine avaient fait de lui un expert en escalade forestière, et il était déjà bien haut lorsque le hurlement retentit une seconde fois, bien plus proche.
Avisant une cavité dans le tronc qui semblait assez spacieuse pour l'accueillir, le gilnéen hésita un instant avant que des raclements de griffes et des grondements en contrebas ne le décide à s'y engouffrer. Un hibou s'en échappa à son passage, poussant un hululement outré par cette brusque expulsion.

A l'intérieur du tronc, le petit monde de Tym se résumait à sa respiration haletante, aux bruits animaux d'une bête qui se pressait autour de son refuge de fortune et aux battements frénétiques de son cœur contre ses genoux alors qu'il se recroquevillait autant que possible sur lui-même en serrant son bâton de toute ses forces.


_Et maintenant on fait quoi ? pensa Tym qui peinait à aligner des idées cohérentes.
_On attend qu'ils... Qu'ils renoncent devant l'obstacle, bredouilla le Connaisseur qui n'avait pas de meilleur plan sous la main. Que les bruits se taisent... Et alors peut-être. Peut-être ! Que nous pourrons redescendre un jour. D'ici là, que personne ne bouge.
_Pour une fois je suis d'accord pour dire que l'immobilité est encore la meilleure solution, renchérit l'Explorateur qui voyait peut-être une fois de trop la face cachée de l'aventure.
_Mourir déchiqueté par les crocs d'une meute de loups affamés est une mort douloureuse et salissante. Si on pouvait choisir, je ne choisirais pas celle-là, renseigna simplement la Guigne avant de soupirer. Mais si ça se trouve cet arbre est pourri et va casser alors...
_Mort ! Mort ! Mort ! S'ils viennent me chercher ils vont la trouver ! aboyait le Dément qui savait rester lui-même.

Peu à peu, alors qu'il s'efforçait de retrouver un semblant de calme, le jeune homme se rendit compte que les bruits s'étaient tus. Il tendit l'oreille pour être certain d'avoir bien entendu le silence et ne vit pas l'énorme tête lupine se profiler à l'entrée de sa cachette, juste à sa droite, ni l’œil ambré grand ouvert qui vint en inspecter l'intérieur. Même l'odeur musquée de la bête ne vint chatouiller son cerveau que quelques secondes avant que la tête ne surgisse dans l'espace confiné du tronc, claquant des dents en tout sens pour saisir le premier morceau de gilnéen qui se présenterait. En poussant un grand cri qui n'était rien comparé au tumulte de l'animal, Tym se détendit comme un ressort pour frapper des deux pieds son agresseur avant de se recroqueviller à nouveau et de lui asséner des coups de la pointe de son bâton. Dans son esprit comme dans son abri, c'était le chaos.


"_Je croyais que les loups ne grimpaient pas aux arbres ! tonnait le gilnéen.
_Et bien soit ils ont appris, soit ce ne sont pas des loups ! tempêtait à son tour le Connaisseur.
_C'est pas des loups, c'est le Grand Méchant Loup, je vous l'avais dit ! braillait l'Innocente dans une crise de larmes.
_Oh super on va finir dévorés par un conte de fées...
_D'une certaine façon nous allons entrer dans la légende... soupira l'Explorateur qui essayait de voir le bon côté de la chose.
_Dans la légende ?! Dans son estomac, oui !
_Estomac ! Crève ! Crève ! Crève et je me ferais un collier de tes boyaux !"

Les assauts répétés du Dément -qui ne voyait pas de réaction plus appropriée au danger que d'être un plus grand danger- semblèrent calmer la fureur de la bête qui sortit la tête du trou. Alors qu'il reprenait son souffle, Tym remarqua que deux couteaux avaient glissés du baluchon dans ses mains, sans qu'il s'en rende compte. Il remarqua aussi que juste derrière sa conscience, le Dément observait attentivement la suite.
Puis à la place de la tête animale, c'est une main griffue suivie d'un bras musculeux et velu qui s'engouffra dans la cachette, griffant l'air et les parois avec force.


"Mon copain ! Donneuh moi ta main, que je la mange demain !" chantonna le Dément avant de lâcher un gloussement hystérique. Et alors que les doigts aux longues griffes se refermaient sur sa cheville, le gilnéen détendit son bras pour planter sèchement son couteau dans le muscle puissant, provoquant un spasme de la main qui s'ouvrit et lâcha sa proie. Une brève contorsion qui lui arracha un cri de douleur permit au jeune homme d'enfoncer profondément dans l'écorce l'autre couteau à travers la main animale, la clouant sur place. A ses oreilles parvinrent le martèlement de la bête qui frappait le tronc de sa main libre et son hurlement de fureur. La carrure imposante du prédateur ne lui permettait pas de faire rentrer sa tête avec son bras déjà enfoui presque jusqu'à l'épaule dans l'arbre. Mais cela ne l'empêchait pas non plus d'essayer avec force grondements et claquements de dents, aussi vains fussent-ils.

De son côté, le Dément avait récupéré le couteau planté dans le biceps de la créature et s'attachait maintenant à scier la main à la jonction du poignet en essayant à grand peine de tenir l'avant-bras immobile. Tâche d'autant plus ardue que lui-même ne tenait pas en place et sautillait dans l'espace confiné comme un singe dans sa cache de fruits... Qui du prédateur ou du fou furieux sanguinaire était le plus sauvage en cet instant était difficile à dire. Mais la créature était plus forte et après un moment interminablement court passé à se débattre, elle finit par faire sauter la lame qui lui clouait la main, déchirant dans le procédé la plaie béante que le gilnéen s'était échiné à ouvrir. Son esprit furieux décidant apparemment qu'il y avait quelque chose de plus facile à tuer ailleurs, elle se laissa tomber du haut de l'arbre et disparut dans un nouveau concert de grondements et de raclements.

De son côté, Tym reprenait doucement ses esprits, son calme, son souffle...


"J'ai vu le blanc de ses os ! On fait des progrès, oui oui oui, hein ?! Hein ?!" scandait le Dément aux autres qui n'étaient pas vraiment décidés à le contredire. Satisfait, il s'en retourna à son petit coin de carnages et de meurtres, non sans avoir auparavant essuyé le sang sur ses lames du bout de la langue et avec quelques gloussements de plaisir.

"_Il semblerait qu'envers et contre tout ce que l'on a cru, le Grand Méchant Loup existe bel et bien, constata l'Explorateur qui voyait là une conclusion heureuse aux événements.
_C'est ridicule... voulut dire le Connaisseur qui s'accrochait désespérément au rationnel. Et pourtant... Il était bien là. Et ce n'était pas un rêve. Ni le produit de l'imagination de quiconque ici.
_On portait pas de capuchon rouge pourtant... fit noter Tym qui ne comprenait pas pourquoi les prédateurs de la forêt en avaient tous après lui comme ça.
_Et nous n'avions pas non plus de pied de porc que je sache....
_Non, pas de pied de porc dans l'inventaire, affirma l'Explorateur qui venait de vérifier.
_Est-ce qu'il est parti ? demanda timidement l'Innocente après avoir quitté sa cachette.
_Il semblerait. Le Dément est parvenu à le chasser. Il semblerait qu'aucune logique n'ait court dans cette forêt.
_Oh... Je ne pensais pas qu'il était héroïque.Vous savez des fois je crois qu'il est un peu monstre, dit la petite sur le ton de la confidence. Mais maintenant je sais qu'il est pas méchant en fait !"

Son ton enjoué ne rencontra que quelques "Oui, bien sûr" pas très convaincus, des "Hmmhmm" tout aussi éloquents et quelques haussements d'épaules et hochements de têtes un peu lents. On ne lui en voulait pas d'être comme ça. Dans son monde à elle, les monstres n'avaient pas de visage humain, d'ailleurs dans son monde à elle ils n'étaient pas autorisés même en s'essuyant les pieds.


Dernière édition par Tym le Lun 3 Fév - 10:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tym

avatar

Messages : 54

Feuille de personnage
Classe: Voleur
Sexe: Homme
Peuple: Worgen

MessageSujet: Re: Balade en folie   Lun 3 Fév - 10:05

Héhéhéhé ! Elle est géniale cette forêt ! Tout ce qui est dedans veut jouer à nous tuer ! Alors on joue aussi à tuer tout ce qui veut nous tuer et c'est le grand jeu du Meurtre ! On devrait même l'appeler la Forêt du Meurtre ! Et on s'y retrouverait tous entre tueurs pour se tuer gaiement ! Et ensuite on clouerait les perdants aux arbres ! Ce serait génial, ce serait sanglant, ce serait dément ! Kihihihih...

Les autres sont pas drôles, ils veulent sortir d'ici parce qu'ils ont peur de mourir ! Mais on ne meurt pas... Oh non non non non, on tue ! Moi je veux rester dans cette forêt et tuer et ne partir que quand y aura plus rien à tuer !
Ou alors mourir en essayant ! Oh mais non, mourir c'est bon pour les autres, pas mourir non... Juste tueeer...


Tchak... Tchak... Tchak...

Tym, qui s'était endormi dans le creux de l'arbre où il avait trouvé refuge fut réveillé lorsque le tronc de son abri se mit à remuer au rythme de coups secs ponctués de grondements.


"_Debout, bande d'inconscients. Je crois que nous sommes présentement en train de nous faire bucheronner, indiquait le Connaisseur, s'efforçant de sortir de sa torpeur l'esprit qu'il habitait.
_De nous quoi ? Mais par qui ?
_Je ne sais pas, mais ça a peu d'importance. Le fait que ce soit quelqu'un est déjà inespéré.
_Effectivement, renchérit l'Explorateur. Quelqu'un qui pourra nous guider vers les meilleurs endroits de cette forêt.
_Je pensais plutôt à quelqu'un qui pourrait nous guider en dehors de cette forêt !
_Peut-être que c'est juste quelqu'un qui veut nous tuer... Vous savez, s'il a une hache rien ne l'empêche de nous décapiter d'un coup sec, intervint la Guigne en agrémentant son discours d'un "couik" tristounet.
_Couik couik ! Je peux le tuer alors ?
_Naan... râla Tym qui était trop mal réveillé pour supporter ainsi les divagations de ses autres personnalités. On va d'abord voir qui c'est, et s'il peut nous mener à un véritable abri."

Passant la tête hors de son trou, le gilnéen regarda à gauche, puis à droite, puis en dessous. Le bucheron au pied de son arbre n'avait l'air que vaguement humain. C'était une montagne de muscle et de graisse affublée d'un pagne crasseux et qui assénait au tronc des coups d'une hache en pierre. En regardant un peu mieux, Tym put voir sur sa grosse tête chauve une courte corne jaillissant en plein milieu du front. Et sous cette corne un unique gros œil globuleux, plissé sous l'effort développé pour abattre l'arbre.

Tym savait que les ogres existaient dans le royaume de Gilnéas, même si jusque là ils s'étaient cantonnés aux pages de ses livres. Et maintenant il y en avait un juste en dessous en train d'abattre son abri de fortune.
Pris de peur, le jeune homme retourna prestement au fond de son trou.




"_Alors ? C'est quelqu'un de gentil ? demanda l'Innocente qui venait d'émerger.
_Ce n'est pas exactement quelqu'un... commença Tym.
_C'est plutôt quelque chose... continua l'Explorateur.
_C'est un ogre ! tonna le Connaisseur, à bout. Un gros ogre bouffi et affamé ! Pourquoi faut-il que toutes les calamités du royaume décident de nous tomber dessus ici et maintenant ?!
_Un ogre ?! Mais ils mangent les petites filles aussi ! Qu'est-ce qu'on va faire ?!
_Je suis certain que si la Peste courait le royaume on serait déjà tombé droit dessus !
_Ohlala mais il faut qu'on se cache vite vite vite ! Peut-être qu'il ne nous verra pas ici !
_Il nous verra sitôt que cet arbre sera à terre ! C'est certain !
_En fait c'est pas certain. Peut-être que si on reste bien au fond de ce trou il ne nous verra pas. Et comme il va peut-être emmener l'arbre chez lui, peut-être qu'on pourra en sortir discrètement pendant qu'il le traine au sol et filer sans qu'ils nous remarque, tenta Tym pour se rassurer, lui et ses autres lui.
_Il y a beaucoup trop de "peut-être" pour que ce soit plausible !
_Peut-être qu'on peut le tuer ?
_Ce qui est certain c'est que lui va nous tuer s'il nous trouve.
_Oh alors je le tuerais !
_Pas s'il nous tue lui...
_Alors je le tuerais avant !"

La Guigne soupira. Il tombait toujours dans la même impasse lorsqu'il tentait de dialoguer avec le Dément. L'un se focalisait sur la mort de soi, et l'autre n'envisageait que la mort d'autrui. Au final, ils ne se comprenaient pas. Et pendant ce temps, l'Innocente s'était remise à pleurer, le Connaisseur énumérait chaque façon de se sortir de là qui débouchait sur une mort certaine et Tym essayait d'endiguer la migraine engendrée par tous ces agités.
A tel point qu'il en manqua presque de remarquer le silence qui venait de tomber autour d'eux.


"_Entendez vous cette absence de son ? fit remarquer l'Explorateur qui réussit à obtenir ainsi l'attention de presque tous. Très étrange, on dirait qu'il a arrêté.
_Il est parti ?
_Sans couper son arbre ? Ce doit être un bien piètre bucheron dans ce cas.
_Peut-être qu'il a été tué par quelque chose de plus dangereux que lui et qui ne va pas tarder à nous dévorer nous aussi...
_Ho oui ! Tuerie !"

Repassant la tête hors du trou, Tym regarda en bas où il n'y avait plus trace de l'ogre, puis à gauche, puis à droite. Et c'est ainsi qu'il put voir le grand tas de muscles et de graisse en mouvement foncer sur le tronc et le percuter dans un craquement retentissant. L'arbre vacilla un instant puis il bascula jusqu'au sol dans un concert de branches cassées et de feuilles envolées. Le monde sembla se retourner pour le gilnéen qui se cramponnait à l'écorce en hurlant.

**

"Ha ! Technique humaine être nulle ! tonna Grudduk, fier représentant de la race ogre. Méthode ogre ça être efficace ! Tout dans bidon !"  s'exclama-t-il en se claquant le ventre.

Lorgnant de son unique œil l'arbre qu'il venait d'abattre, il se dit que ça ferait du bon bois pour le feu de cuisine, c'est sûr. Et peut-être aussi pour les brochettes. En fait le bois servait beaucoup aux ogres et Grudduk avait été envoyé en chercher dans la forêt qui fait peur aux humains, car elle faisait peur aux humains, et que donc ceux-ci ne se risquaient pas à aller en couper là-bas.

Parlant d'humain, c'en était pas un qui s'extirpait de son tronc là-bas ?


**

"_Je déteste les ogres... grondait le Connaisseur alors que le gilnéen peinait à se relever, son baluchon à la main.
_Si je ne m'abuse, tu détestes beaucoup de choses, lui fit remarquer l'Explorateur qui lui croyait en la magnificence -même éphémère- de tout.
_Ah oui ? Et bien je te déteste aussi !
_Oh bon d'accord...
_PETIT HUMAIN PAS TOUCHER ARBRE DE GRUDDUK !"

Tétanisé par le cri de l'ogre, Tym ne hurla même pas lorsque la brute le saisit à pleine main par le col de son vêtement déchiré et le souleva de terre. Resserrant ses doigts autour de son bâton, il resta là, tremblant comme une feuille devant la grosse tête qui le regardait d'un air renfrogné.

Son silence en cet instant n'était pas du tout à l'image du chaos qui régnait dans son esprit :



"_Hiiiiii ! Il est moche ! Et il pue ! Va-t-en méchant ! Va-t-en ! piaffait l'Innocente, aussi dégoûtée qu'apeurée.
_Je me demande s'il va nous tuer avant de nous cuisiner...
_Mais qu'est-ce qu'on peut faire contre un ogre ?!
_Ogre, ogre, ogre... répétait le Connaisseur avec empressement tandis qu'il cherchait frénétiquement dans leur savoir tout ce qu'il pouvait réunir sur le sujet. Ils sont méchants, gros, brutaux, stupides...
_Mais comment on s'en débarrasse ?!
_D'après les livres qu'on a lu jusque là il nous faut... bredouillait le savant qui peinait à s'y retrouver dans la panique. Un haricot magique, des bottes, un chat...
_Nous avons des bottes ! claironna l'Explorateur. Les deux autres composants semblent plus difficiles à obtenir, cependant.
_Mais pourquoi un haricot et un chat ?! braillait Tym pour qui tout ça n'avait aucun sens.
_Je ne sais pas ! Peut-être pour qu'il les mange à notre place !'' tonnait un Connaisseur qui était dépassé et n'aimait pas ça.


Et pourtant à la surface de l'esprit remué par la peur, tout semblait aller pour le mieux :



''_...et donc pour jouer à Pique-Pique il te faut un objet pointu ! criait le Dément à l'ogre qui le tenait par un pan de veste au niveau de son visage, tout en brandissant son couteau pour illustrer ses paroles.
_Grudduk avoir branche pointue. Ça être bon ?
_Oui ! Oui ! L'important c'est que ça plante bien ! ricana le gilnéen en faisant passer son arme d'une main à l'autre.
_Ha oui. Ça plante bien. Grudduk utiliser ça pour faire rôtir toi à la broche quand jeu terminé, répondit l'ogre avec un air fier. Il avait taillé son bout de bois lui-même en cas de déjeuner impromptu et c'était pas simple avec les ongles...
_D'accord ! D'accord ! Alors ça se joue en plusieurs manches ! Mais comme tu as qu'un seul œil, je jouerais qu'une fois ! D'accord ?! D'accord ?!
_Dakor dakor, répéta l'ogre, machinalement.
_Alors, t'es prêt ?! Un, deux, trois... Pique-Pique !'' cria le Dément en plantant sèchement son coutelas dans l'oeil globuleux de l'ogre. Le rire hystérique que déploya sa gorge fut rapidement couvert par le rugissement furieux de l'ogre qui laissa tomber sa proie au sol. Le gilnéen n'attendit pas plus longtemps et s'éloigna rapidement du colosse aveugle.

''_Stupide humain ! Moi écraser toi ! tempêtait la brute en agitant les bras à l'aveuglette.
_Non, non, non ! On joue à Pique-Pique ! Pas d'écrasement, pas de piétinement ! Pas de contondant que du piquant ! s’époumonait le Dément entre deux rires suraiguës.
_Alors Grudukk mettre ta tête sur une pique !
_Pique-Pique ! cria le Dément, fou de joie. Maintenant on va jouer à Déroule les boyaux ! Pour ça il faut aussi un objet pointu !"

Les autres, qui mirent un peu de temps à appréhender ce soudain revirement de situation, ne tardèrent pas à venir mettre le holà aux jeux du Dément.

"_Le moment est propice à la fuite !
_C'est vrai que là il ne peut clairement plus nous voir partir.
_Partir ?! Mais non non non non ! Je veux encore jouer !
_Je trouve qu'on en a bien assez vu ici, je propose d'aller voir ailleurs maintenant. Et vite."

Et tandis que l'ogre aveugle dirigeait maintenant sa rage contre les arbres qu'il percutait régulièrement, Tym s'empressa de ramasser son baluchon -car l'Explorateur savait qu'un bon voyageur se reconnaissait à son bâton de marche- et fila sans demander son reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Balade en folie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Balade en folie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Blog] Une petite graine de folie (enfin, un arbuste)
» Bordeaux 2010 - Un autre millésime de folie à nos portes ?
» RP de la joyeuse balade
» [La balade des Nains] Nain Dain Pied D'acier - Bifur - Dwalin
» Judo ! viens voir la folie des dindeurs !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Talandra :: A BORD DU TALANDRA :: Le Pont du Talandra :: [Biographies]-
Sauter vers: