Forum de la guilde RP Le Talandra, Navire marchand des mers d'Azeroth, sur le serveur Kirin Tor du MMORPG World of Wacraft.
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Anciens Signifiants

Aller en bas 
AuteurMessage
Tym

avatar

Messages : 54

Feuille de personnage
Classe: Voleur
Sexe: Homme
Peuple: Worgen

MessageSujet: Les Anciens Signifiants   Sam 22 Mar - 20:09

Durant la Guerre des Anciens s'était produit un miracle jamais vu malgré les siècles d'existence du monde d'Azeroth : Les Anciens, demi-dieux protecteurs de la terre s'étaient réunis afin de déterminer de quelle manière ils réagiraient à l'assaut de la Légion Ardente sur leur domaine. Qu'ils soient hauts comme des montagnes, ou aussi minuscules qu'un moucheron, durs comme le diamant ou légers comme l'air, ils avaient répondu à l'appel de Cenarius et formaient une foule disparate et bruyante au centre de sa clairière.

Là, les discussions allaient bon train quoique certains des plus lents d'esprit aient du mal à suivre les paroles des plus vifs. Et le moins qu'on puisse dire c'était qu'un accord était loin, très loin d'être trouvé. De ceux qui souhaitaient laisser les mortels gérer la catastrophe qu'ils avaient provoqués, à ceux qui voulaient les voir punis au même titre que les démons en passant par ceux qui préféraient laisser faire en tablant que le monde s'en remettrait, les avis étaient aussi disparates que les apparences.

Et il y avait aussi ceux qui dès le début avaient décidé qu'ils ne tomberaient pas d'accord avec les autres, quelque soit l'issue de la discussion.


''Tseuh, ça fait des jours qu'on est là à s'écouter beugler et piaffer, et ces gros lourdauds ont pas avancé d'un pouce. A quoi ça rime de toute façon ? On est des forces de la Nature, non ? On peut très bien se débrouiller chacun de notre côté.''

L'Ancien qui avait eu ces paroles si peu encourageantes revêtait la forme d'un écureuil roux haut comme trois pommes, à la fourrure affublée de tresses et de petits ornements tribaux. Il observait avec un air profondément désabusé un débat entre les deux frères ours et le dieu-cochon, qui culminait à quelques mètres au-dessus de lui.


''Oh j'en sais rien, Rattatast. Ils ont dit que les démons étaient une menace sans précédent, alors j'imagine qu'ils veulent qu'on fasse front commun au lieu d'éparpiller nos forces... Réveille moi quand on aura décidé quelque chose...''

Ce discours plus raisonnable venait de la voix endormie d'un hérisson pas plus gros que son voisin et qui après s'être frotté les yeux, se roula en boule pour piquer un somme.


''Tu vois Spinoix, reprit Rattatast. C'est parce que des petits dieux comme toi ne s'implique pas assez dans l'avenir du monde qu'on croit que tout ce qui fait moins de deux mètres n'a pas d'avis à donner.''

Et sur ce, en laissant son camarade derrière lui, l'écureuil fila comme une flèche à la recherche d'oreilles plus attentives à sa parole de rongeur.

***

''_Les elfes ont réuni une armée pour contenir l'invasion démoniaque, mais ils sont pourchassés et acculés à Hyjal. Il serait juste de soutenir leur assaut afin de leur permettre une percée jusqu'au palais d'Azshara, avait déclaré Cenarius.
_Les elfes ?! coassa une reinette en se levant du trône d'eau sur lequel elle était assise. Sa parure de plumes et ses multiples colliers de perles indiquaient qu'elle avait un statut de reine et en tout cas, elle en avait l'attitude. Ce sont eux qui ont invoqué les démons, qu'ils ne s'attendent pas à recevoir des honneurs.
_La plupart d'entre eux ne cautionne pas les actes d'Azshara et a eu la sagesse d'agir  contre elle. C'est pour cela qu'ils sont pourchassés. Qui plus est, ils sont la civilisation la plus puissante de cette ère, et donc les plus à même de faire face à la Légion.
_Les elfes ont fait plus de mal que de bien à cette terre, dit un nain fait de givre et habillé d'amples fourrures. Ils peuvent aider à réparer leur bêtise, pour sûr. Mais chuis d'accord avec le batracien pour dire que-''

Le nain de givre s'interrompit lorsque la tête d'une masse d'or à l'effigie d'amphibien vint se presser contre son nez de glace. Inflexible, il fixa la créature qui se tenait à l'autre bout de l'arme pour y découvrir un crapaud musculeux quoique aussi haut que lui, vêtu d'un pagne et portant un bouclier lui aussi fait d'or, gravé de symboles trolls. Des grondements surpris et réprobateurs sonnèrent autour des deux Anciens courtauds avant de laisser place à un silence anxieux.
L'amphibien qui jusque là s'était contenté de se tenir fièrement au côté de la grenouille tenait maintenant le nain de glace en joue avec un air sévère.


''_Surveillez vos mots, nain, dit-il d'une voix de basse. La Reine Cwalcwutlicwa porte bien des noms, mais vos sobriquets n'ont pas place parmi eux.
_Paix, maître crapaud, intervint Cenarius en interposant dans le duel de regard ses yeux courroucés. Nous sommes ici pour chercher des solutions, pas pour provoquer des conflits.
_Tlop, mon Prince, l'interpella la reine amphibienne d'une voix adoucie. Je suis certaine que ce fier nain ne pensait pas à mal. Ce sont simplement ses manières... Ou leur absence, dit-elle avec un sourire teinté de moquerie pour son interlocuteur de glace. Continuez, je vous en prie.''

Le nain eut un hochement de tête quasi-imperceptible et le prince crapaud baissa son arme, pour retourner au côté de la reinette, sa masse d'arme posée sur l'épaule, le menton haut levé et le tout sous l’œil cajoleur de la reine.


''_Chuis d'accord pour dire que notre soutien s'rait mieux mérité ailleurs, reprit le nain pour Cenarius. M'est avis qu'il devrait aller aux protecteurs que les Titans ont déjà placé sur ce monde.
_Les nains, ceux de pierre du moins ont déjà choisi de prêter main-forte aux elfes, de même que les furbolgs et les taurens. Cela me fait penser... Est-ce que les trolls ont été contactés ?
_Perte de temps, affirma Cwalcwutlicwa avec un geste négligeant à l'attention de Cenarius. Les trolls préféreraient sans doute brûler avec ce monde si ça pouvait les débarrasser des elfes. Qui plus est, ils ont déjà leurs propres conflits avec les démons échappés de Zin Azshari... Une raison de plus de haïr vos protégés. Je pense que c'est à eux que devrait aller notre soutien : ils ont déjà commencé à invoquer la puissance de certains des nôtres qui sont leurs dieux et forment eux aussi un empire encore puissant, même s'ils sont éparpillés.''

Des protestations s'élevèrent parmi les Anciens qui avaient sous leur tutelle des peuples plus sages, et les discussions sur la race à défendre se firent soudain plus vives.
Cenarius plissa les yeux, retenant un soupir.


***

''Je suis parfaitement conscient qu'il faut concentrer nos efforts sur un point. Mais ce n'est pas pour autant qu'il faut négliger tous les autres. J'ai pu réunir des renseignements sur les attaques des démons, et je peux vous assurer que même si vous décidez de défendre le pan d'Hyjal où sont réfugiés les elfes, une armée équivalente se tient prête à prendre la montagne d'assaut par son flanc. Et une fois qu'ils auront grouillé à son sommet, c'est littéralement une avalanche démoniaque qui tombera à l'arrière de nos lignes !''

Le petit Ancien qui tentait difficilement de faire valoir ses informations stratégiques auprès de demi-dieux bien plus belliqueux avait l'apparence d'une taupe à la voix de graviers et aux yeux couverts par un long ruban noir. A ses avant-bras étaient fixés deux glaives de combat  à double-lame, du même genre que ce qu'un certain elfe de la nuit s'était récemment fait un plaisir d'utiliser.

''_Futile ! gronda un loup géant qui ne pouvait être que Goldrinn. Rien ne sert de prendre tant de précautions, nos forces sont ce qu'il y a de plus puissant sur cette terre. Si nous frappons avec force et avec fureur, alors le reste de leurs armées fuira devant la puissance des Anciens. Par ailleurs, Houd, continua l'Ancien carnassier en tournant autour du petit fouisseur. D'où tiens-tu ces renseignements ? Est-ce que l'Aveugle a soudainement eu don de double-vue ?
_Je chassais les démons avant qu'ils ne deviennent un problème aussi commun, répondit la taupe en suivant du bout du museau les mouvements du loup. Je courais sous les couloirs de Zin'Azshari alors que plus aucun de vous ne jetait un regard à ce que faisaient les elfes. Je ne prétends pas vouloir commander ce conseil, mais je crois encore être le plus apte à élaborer des stratégies contre les démons.
_Attendez, attendez, intervint soudain Ursoc en abaissant la masse de son visage au niveau de la scène en contrebas. Houd, tu savais pour les démons ? Pourquoi ne pas en avoir parlé ?
_J'ai pour habitude de travailler seul. Je suis l'Agent des Profondeurs, tu te rappelles ? Mon travail est bien fait lorsqu'une menace est éliminée avant même d'avoir fait surface. La réunion de Cenarius tombe à pic, ceci-dit, considérant que le problème des démons a pris bien plus d'ampleur que je ne l'imaginais.
_Irresponsable ! tonna le loup. Ta petite fierté de creuseur de trous a quasiment condamné ce monde ! Si tu avais eu la décence de nous prévenir, nous aurions pu-
_De quel 'nous' tu parles, Goldrinn ?! Encore toi et ta Fureur, hein ?! Jusque là, elle t'a plutôt desservie aux yeux de notre Mère Lune que je sache.''

L'Ancien qui avait osé interrompre le Grand Loup était un grand blaireau à l'air mauvais. Une barbiche blanche saillait au bout de sa mâchoire pointue et de lourds brassards de bois massif aux motifs lunaires enserraient ses poignets, juste avant ses mains aux griffes énormes. Sa taille avoisinait les deux mètres, mais il en gagna vite un de plus lorsque le loup s'avança vers lui en grondant.


''Et qu'est-ce que tu sais de la Fureur, Grimmbar ? Il y a une raison pour laquelle on se souvient de la Fureur de Goldrinn et pas de celle du Terrier. Une raison pour laquelle je suis le sauvage alors que tu es seulement le Malaimable.''

Le blaireau, qui avait gagné presque trois mètres de plus sous les paroles du loup tournait contre ce dernier une gueule emplie de crocs et un regard plein de colère. Le concert de grognements qui suivit provoqua l'éloignement soudain de quelques anciens moins belliqueux et le dieu-ours entreprit de séparer les deux colériques. Sous leurs pieds, Houd avait creusé son trou, se disant qu'il serait avisé de trouver quelqu'un doté d'un peu de bon sens.

***

Bourdonnant à quelques mètres au dessus des discussions des Anciens, un essaim d'abeilles virevoltait autour de ce qui ressemblait à une de leurs semblables à l'apparence humanoïde. La femme abeille était dotée d'une robe de chitine en cloche rayée de noir et de jaune qui dissimulait en grande partie ses fines jambes insectoïdes. Deux longues antennes lui tombaient dans le dos comme une longue chevelure ondulée, flottant au vent. Anxieuse, elle cherchait de ses grands yeux à facettes quelque chose parmi la foule aérienne du conseil.

Lorsque enfin elle le repéra, elle et son essaim filèrent en trombes à sa rencontre : il s'agissait d'un papillon lui aussi humanoïde qui voletait gracieusement à l'aide d'une immense paire d'ailes dont les motifs colorés et variants avait un petit quelque chose de psychédélique. Ses habits de chitine évoquaient un bouffon en tenue d'arlequin et sa trompe descendait sur un visage fin encadré de part et d'autres de deux longues antennes.



''_Huisaile ! Huisaile ! criait l'abeille en arrivant au niveau du papillon dont elle prit les mains. Enfin je vous trouve... Je ne reconnaissais personne ici.
_Mélissé, je vous cherchais moi aussi, répondit l'autre butineur. Les autres vous ont bien accueillis ? Je dois avouer que je les trouve bien distants pour ma part.
_Distants ? J'ai l'impression que tous les regards posés sur moi sont méfiants. Je ne suis pas certaine de comprendre...
_Vous ?! Qu'est-ce que vous faites ici ?!''

Les deux insectes durent s'écarter lorsque s’immisça entre eux une femme oiseau dont les jambes aux serres acérées faisaient leur taille. Aviana portait sur les deux butineurs le regard courroucé de celui qui trouve un détrousseur dans sa demeure.

''_Oh et bien nous avons appris que le monde était menacé alors nous avons répondu à l'appel, comme tout le monde ici. C'est étonnant ? questionna Melissé, agacée.
_Ce qui est étonnant, rétorqua Aviana, c'est que pour une fois le monde n'est pas menacé par vos semblables.
_Semblables ? s'offusqua Huisaile. Si vous faites références à ces conflits avec les aqir qui datent de plusieurs siècles, vous vous trompez royalement. Nous n'avons strictement rien à voir avec ces invertébrés... barbares.
_Sans doute, sans doute, profitez donc encore du bénéfice du doute tant que vous l'avez, insectes. Je garde mes yeux sur vous pour les combats à venir, et au moindre faux pas, ce seront mes serres qui vous tomberont dessus.''

Et sur ce, la déesse aviaire descendit rejoindre la foule en contrebas, laissant pantois les deux Anciens pollinisateurs qui se demandaient s'ils avaient tout compte fait eu raison de venir.


***

''Hop hop hop, pardon, excusez moi du retard... Eyh Aggamaggan, t'as encore grossi non ? Il serait temps d'alléger tes auges. Aviana, mon canard ! Si ton ramage n'a d'égale que ton plumage... Ohoh à deux poils près tu m'arrachais l'oreille, sacrée poulette. Tortolla, on se la fait quand cette revanche à la course ? Ursoc ? Ursol ? Ha je fais pas la différence à cette distance là... Eyh ! Pourquoi tout le monde ressent le besoin de faire dix mètres de haut ici ? Vous avez tous un petit quelque chose à compenser ou quoi ?''

Celui qui s'était permis une entrée aussi remarquée que princière -chapardant quelques fleurs à des fées pour les grignoter ou raflant sans vergogne l'équivalent d'un tapis de feuilles à la robe d'un demi-dieu forestier- était un lièvre haut comme un mastiff et affublé d'un attirail de lanières et de sacoches de cuir. Il faisait rouler négligemment entre ses dents un épi de blé au rythme de sa démarche nonchalante.

En remarquant son manège, une renarde à la longue crinière flamboyante et au sourire narquois s'avança vers le rongeur, l'abordant dans toute sa grâce provocatrice :


''_Larairah, vieux filou. Tu te fais étonnement remarquer pour quelqu'un qui est entouré par l'intégralité de ses prédateurs naturels.
_Eyh que veux-tu, on ne devient pas le Prince aux Mille Ennemis en offrant des fleurs aux gens, répondit le lièvre en en tendant justement une à la renarde avec un fin sourire, avachi sur un tapis de feuilles.
_Oh ça veut dire quoi ça ? Que je ne suis pas ton ennemie ? questionna la renarde en faisant mine de s'offusquer.
_Au contraire, très chère. Tu es la seule qui sache réfléchir et donc sans doute la pire... affirma le lièvre en grignotant la fleur que son interlocutrice ne semblait pas décidée à accepter.
_Oh espèce de petit flatteur... Allez viens, on va rire un peu. Il paraît que Goldrinn a déjà commencé à chercher les ennuis.
_Ça alors, Goldrinn qui échoue à un essai de diplomatie, tu n'imagines pas ma surprise...''

Trottinant vers le lieu des hostilités, les deux complices purent trouver le dieu-loup et son homologue blaireau toujours en train de se regarder en chien de faïence. Cenarius en plus d'un des frères ours était venu tenter d'apaiser le trouble. Le lièvre et la renarde échangèrent un regard et se séparèrent, l'un filant en un clin d’œil sur l'épaule du blaireau qui avoisinait maintenant les dix mètres, l'autre allant flirter avec la lourde mâchoire de Goldrinn, frottant contre lui sa queue en panache.

''Je disais qu'Aggamaggan avait pris du poids, mais tu te défends pas mal espèce de gros lourdaud, déclara Larairah à l'oreille -aussi haute que lui- de Grimmbar. Attention, tu pourras bientôt plus rentrer dans ton terrier à ce rythme là.'' ajouta-t-il avec un fin sourire, en voyant que sa pique avait fait gagner un mètre de plus au blaireau géant.

''_Ô Goldrinn, comme tu as de grandes dents... dit la renarde d'un ton mielleux. Mais ce n'est pas utile de les montrer à tout le monde tu sais.
_Hors de ma vue, gronda le loup en écartant d'une lourde patte la renarde, celle-ci se renversant aussitôt sur le dos. Ce conseil est des plus sérieux, tes plaisanteries n'y ont pas leur place.
_Ooh... gémit l'Ancienne en roulant dans l'herbe, un petit air mutin sur les babines. Je pensais que tu étais venu pour t'amuser un peu. Tu sais à quel point j'aime m'amuser...
_Je n'ai pas le temps pour tes bêtises.
_Pourtant tu le perds en querelles futiles, intervint Cenarius. Ce conseil est, comme tu l'as dis, des plus sérieux. Nous sommes ici pour parvenir à une entente, pas pour nous défier.
_Écoute donc ce que dit le fils prodigue ! scanda Larairah depuis son perchoir. Il paraît qu'il est vraiment né d'Elune ! Il pourrait sûrement te donner deux trois conseils sur la façon d'être un bon fiston !''

A ces mots, le grand loup se renfrogna d'autant plus et reprit ses grondements animaux, martelant d'une patte le sol là où se trouvait la renarde un instant avant qu'elle ne file. Il planta son regard noir de colère dans les yeux de Cenarius qui ne cilla que pour observer en coin l'emplacement du lièvre sur l'épaule du blaireau géant. Mais le rongeur provocateur avait déjà filé.


**

Pépiant et roucoulant dans le ciel de la clairière, une furette brune voletait à la force de petites ailes qui jaillissaient du centre de son dos. De ses yeux grésillants d'éclairs, elle fouillait activement du regard la foule d'Anciens réunis là. Et finalement, elle la repéra, fusa dans l'air comme un petit coup de foudre et vint se frotter avec affection contre la joue d'Aviana, roucoulant de plus belle, en chœur avec la déesse-oiseau.


''Oh Hermez, ma petite. Je commençais à me demander si tu viendrais. Comment trouves-tu ces petites ailes que je t'ai offertes ?''

Pour toute réponse, la furette exécuta quelques tours aériens devant la Reine des Oiseaux, démontrant ainsi qu'elle était plutôt à l'aise, et certainement enjouée par le cadeau de la déesse. Cette dernière cueillit ensuite le petit familier, lui grattant le dos allègrement du bout d'un de ses doigts griffus.

Au milieu de cette séance d'affection, la déesse se raidit soudainement en sentant qu'une de ses plumes venait de lui être arrachée. Dans le mouvement, elle referma sa main sur la furette, la pressant dans un petit gémissement plaintif. Catastrophée, elle rouvrit rapidement ses doigts, la libérant pour jauger de son état. Hermez inspira un grand coup et secoua la tête pour reprendre ses esprits tandis qu'Avianna tournait un regard courroucé vers celui qui était venu se servir dans son plumage.

Voyant le petit écureuil filer avec le fruit de son méfait, elle fondit sur lui d'un coup d'ailes, lui assénant un coup de serre qu'il esquiva en bondissant en un clin d’œil sur la branche d'un arbre.


''_Espèce de petit impudent ! Je vais t'apprendre les bonnes manières ! Qui t'a permis de-
_Eyh ! Eyh ! Elle va se calmer tout de suite la maman poule ! répliqua Rattatast avec hargne. Oublie pas d'où vient la graine de l'arbre dans lequel tu crèches, rapace ! Je trouve qu'une plume, c'est pas cher payé pour avoir volé les réserves du Collectionneur de Graines !
_Quoi ? Tes sottises d'écureuil ne m'intéresse pas, rends moi cette plume !
_Pfuarh, quelle ingrate,'' dit l'écureuil avant de disparaître à toute vitesse dans les fourrés.

''J'ai une mission pour toi, mon familier, susurra alors Aviana à la furette au creux de sa main. Je veux que tu retrouves ce rongeur, que tu récupères ma plume et que tu le surveilles. J'ai suffisamment à faire ici pour m'occuper de ce petit nuisible.''

Hochant vigoureusement la tête, Hermez fila à son tour, vive comme l'éclair sur la trace de l'écureuil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tym

avatar

Messages : 54

Feuille de personnage
Classe: Voleur
Sexe: Homme
Peuple: Worgen

MessageSujet: Re: Les Anciens Signifiants   Lun 19 Mai - 1:24

Dans la clairière de Cénarius, les débats s'éternisaient entre les Anciens. Qu'ils parlent de la voix tonnante des montagnes ou de celle éthérée du Rêve d’Émeraude, tous souhaitaient que la leur prévale car elle était la bonne. Ce n'est que lorsque survint Jarod Chantelombre, le bientôt célèbre commandant mortel que ces discussions stériles commencèrent à déboucher sur un heureux tournant. Avec un discours sans doute édifiant -qui n'est pas retranscrit ici- l'elfe de la nuit parvint à convaincre les demi-dieux de mettre leurs avis de côté et de plutôt montrer la pleine puissance de leurs pouvoirs dans une confrontation directe avec l'ennemi. Ainsi les Anciens commencèrent à aiguiser leurs armes ou préparer leurs rituels et enchantements préliminaires en vue de la bataille qui suivrait.
Au ras des pâquerettes cependant, les ombres de quelques dissidences planaient encore, à mesure que les Éternels insatisfaits se retrouvaient.

Rattatast, pestant contre la décision grotesque de ses pairs, partait retrouver son compère épineux toujours endormi lorsqu'une motte de terre se souleva en travers de son chemin et livra à la surface Houd, encore enterré à mi-torse.


''_Je suis rassuré de ne pas être le seul à remettre en cause le plan de nos confrères, commença la taupe, d'un air sombre. Je n'imaginais pas qu'ils pourraient prêter tant d'importances à des paroles inconsidérées.
_Les paroles d'un mortel, surtout ! s'écria l'écureuil, qui s'était mis à parler à toute vitesse. A quoi ils pensent en se rangeant tous derrière lui comme ça ?! Eyh vous avez toujours pas compris que quand on donne du pouvoir aux mortels ils provoquent la fin du monde ?!'' tempêta-t-il à l'adresse de l'assistance qui restait sourde à ses protestations.

Rageur, le rongeur jeta en direction de l'armée d'Anciens un gland apparu par enchantement dans sa main, ce qui eut pour seule conséquence de sonner une fée à quelques mètres de là.


''_Je réveille Spinoix, on s'arrache, déclara Rattatast en contournant le fouisseur.
_Quoi ? Sans te battre ?
_Avec eux ? Non merci, je préfère encore compter mes noisettes.
_ Il n'y aura bientôt plus de noisettes à... Hmf... Écoute...''
Et lentement, avec précision et sans omettre l'urgence de la situation, la taupe raconta à l'écureuil ce qu'elle savait de cette division de l'armée démoniaque qui devait contourner les défenseurs d'Azeroth, progresser sous le couvert du mont Hyjal et les prendre à revers afin de mieux les écraser contre les remparts de Zin Azshari.

''_C'est pour ça qu'il nous faut agir rapidement, Rattatast, déclara Houd de son air grave et sombre habituel. Car...
_Car si on déjoue le plan de l'ennemi, interrompit l'écureuil, de nouveau lancé dans une élocution accélérée ponctuée de petits bonds. Si on met son armée en déroute, et qu'en plus on sauve les miches à tous les autres velus du bulbe, alors ils seront bien forcés de reconnaître que Rattatast est le véritable champion de ce monde, le grand défenseur d'Azeroth ! Et ils devront tous courber l'échine quand je leur exigerais des offrandes pour avoir sauvé leurs vies...''

Devant les yeux aveugles de son compère fouisseur, le rongeur se frottait les mains avec un ricanement cupide.

''_Ton égo est aussi démesuré que tes réserves, Collectionneur de Graines. Nous ne pourrons pas arrêter ces démons à nous deux. Nous avons besoin d'alliés.
_Oh ouais... Spinoix marche avec nous, pour sûr. Du reste j'ai vu ces deux insectes un peu louches que personne n'a l'air d'aimer. Ils nous suivront sûrement, si ça peut redorer le blason des arthropodes.
_Tâche de les convaincre dans ce cas. De mon côté je m'en vais quérir l'aide d'autres... Mécontents. Spinoix sera notre point de ralliement, déclara la taupe en replongeant sous terre à la force de ses griffes. Et Rattatast, tu as un problème à six heures.''

Et sur ce le fouisseur disparut.

''A six heures allons bon, de quoi il parle encore ?'' ricana l'écureuil avant de se retourner pour tomber nez à nez avec une furette qui essayait de lui faire les gros yeux. Des gros yeux qui jetaient littéralement des éclairs.
''_Eyh je te connais toi... T'es la peluche d'Aviana. Je tiens à te signaler que c'était une discussion privée ici, alors va faire traîner tes oreilles ailleurs.
_Et je te signale que c'est une plume d'Aviana que tu as volé, dit Hermez en pointant du doigt la plume que Rattatast avait piquée dans la fourrure de sa queue.
_Et alors ? C'est qu'une plume, elle va pas en mourir. Je lui rendrais, si elle veut se la repiquer dans le râble...
_Une plume de la déesse porte son essence. C'est un objet très puissant qui ne doit pas tomber entre n'importe quelles mains, expliqua la furette qui s'ébroua, plus anxieuse qu'énervée.
_Et ben ça tombe bien parce qu'elle est entre mes mains ! s'écria le rongeur en brandissant la plume. Je te rappelle que je suis Rattatast, la Mémoire des Écureuils, j'oublierais certainement pas de la lui remettre.''

Contournant Hermez, l'Ancien écureuil était bien parti pour laisser la furette plantée là, mais cette dernière le suivait en voletant à la force de ses petites ailes.

''_Eyh tu veux pas me lâcher la toison, maintenant ? Je t'ai dis que je la rendrais cette plume, ça suffit pas ? J'ai des recrues à trouver et une mission extra-spéciale à remplir si tu veux tout savoir.
_Je... Non, non ! Je vais te suivre. Pour... Te surveiller, oui, oui ! Que tu ne fasses pas de bêtise avec cette plume.
_Tiens donc ! C'est pas plutôt parce que t'es un bon animal de compagnie et que ta maîtresse te l'a demandé ?
_Non... mentit Hermez. Je... C'est ma propre initiative, oui, oui.
_C'est ça ouais... ricana Rattatast, avant de sauter sur le dos de sa camarade. Rends toi plutôt utile et porte moi. J'ai besoin de retrouver deux insectes volants dans le coin.''

La furette volante s'ébroua avec un pépiement de surprise avant de décoller, guidée par son fardeau.

***

Parmi la foule des Anciens qui s'apprêtaient au combat, Grimmbar, qui ne mesurait pour le moment que deux mètres, réajustait ses bracelets aux motifs lunaires pour avoir bien en vue la position d'Elune tel qu'elle l'était en ces nuits. Ainsi, pensait-il, il pourrait au mieux communier avec la déesse et se laisser guider par Elle.

Et surtout Elle pourrait voir que son titre de Montagne Grondante n'était pas usurpé, qu'il n'en était pas une parmi tant d'autres dans les rangs de ces Anciens gigantesques et que sa férocité était elle aussi une puissance sur laquelle il fallait compter.


''_Tu sais, peu importe le nombre d'ennemis abattus par toi ou par les autres, c'est toujours sa sauvagerie à lui qu'on retiendra, dit Houd qui avait percé la surface aux pieds du blaireau.
_Tu es revenu pour me provoquer, petit Aveugle ? Si tu veux voir la Fureur du Terrier, ne t'inquiète pas, elle sera libérée bien assez tôt.
_Je suis venu pour te demander assistance, et pour te faire une proposition qui, je pense, devrait te satisfaire...
_Ne me fais pas perdre mon temps, qu'est-ce que tu as à dire ?
_Te souviens-tu de ce danger que j'ai mentionné plus tôt et que tous ont choisi d'ignorer ? Imagine être le seul géant à t'opposer à cette armée. Que ta fureur soit celle qui nous sauve tous. Ce serait un exploit que tous devraient reconnaître et que personne ne pourrait t'enlever...''

Grimmbar tourna la tête vers le point où les autres Anciens avaient commencés à se rassembler.

''_Et tout ce que je dois faire, c'est vaincre une armée ? Seul ?
_Avec l'aide de quelques... Camarades. Mais aucun susceptible de marquer l'Histoire d'une patte aussi large que la tienne. Alors, qu'est-ce que tu en dis ?''

Le regard du blaireau courait d'un mastodonte à l'autre dans la clairière : Ursoc, Ursol, Aggamaggan et Goldrinn, tandis qu'il ruminait sa décision.

***

''_Je sais que c'est pour la sauvegarde de notre monde que nous devons agir. Mais c'est de mauvaise grâce que je mettrais mes pouvoirs au service de ces Anciens ingrats, disait une Melissé agacée, qui voletait à l'écart des autres Anciens, accompagnée de son essaim royal. Huisaile, êtes vous sûr que cette harpie ne se doute de rien ?
_J'ai du tisser de puissantes illusions pour berner sa vigilance. Et si je dois les maintenir tout le long de la bataille, alors je ne serais pas au meilleur de mes capacités pour l'affrontement, répondit le papillon avec un soupir. Loin de moi l'idée de donner des ordres à une reine... Mais saurez vous me soutenir durant les combats ?
_Oh bien évidemment, répondit l'abeille dont le visage chitineux s'adoucit aussitôt. Si le besoin s'en fait sentir, je mettrais à votre disposition un peu de gelée royale.''

A la mention du nectar, les motifs sur les ailes de Huisaile se firent plus colorés tandis que le papillon affichait un air de surprise ravie.

''_Allons, ne soyez pas surpris, lui dit la Reine avec un petit rire. Vous êtes bien le seul ici à le mériter. Et puis il faut nous soutenir mutuellement puisque personne d'autre ne semble penser à nous en bons termes...
_Alors là, j'aimerais vous dire que vous avez tort !''

Déboulant sur le dos d'Hermez, Rattatast quitta sa monture improvisée pour bondir sur l'épaule de Melissé.

''_Et vous avez tort, déclara l'écureuil qui retourna se poser sur la furette avant que l'essaim gardien d'abeilles ne fonde sur lui. Mes camarades et moi-même, ne pensons que du bien de vous autreuh... Bestioles. Et on a même besoin de votre aide !
_De notre aide ? interrogea Huisaile. Nous aidons déjà bien assez en accompagnant les autres demi-dieux au combat et-
_Et ça ne donnera rien de bon puisque de toute façon ils ne vous aiment pas et qu'ils ne veulent pas de vous avec eux, pas vrai ?''

Les deux insectes échangèrent un regard d'abord offusqué, puis embarrassé, avant de hocher la tête pour le rongeur.

''_On est d'accord... Alors voilà ce que je vous propose. Une occasion de faire ce qu'il faut pour notre bonne vieille planète et de clouer le bec aux méchants géants, le tout en restant loin d'eux. Alors ça vous branche ? proposa l'écureuil avec un sourire marchand et un jeu de sourcils tentateur.
_...Votre parler est... Etrange, déclara Huisaile. Mais la proposition semble pertinente. Seulement, il faudra tout d'abord que vous nous explicitiez de quoi il s'agit. Et je dois aussi vous prévenir que la déesse Aviana a décidé de nous surveiller,
_Elle a même menacé de s'en prendre à nous, si nous faisions un pas de travers, se plaignit une Melissé offusquée.
_Oh... Dites donc elle pose pas mal de soucis, ta vieille harpie, déclara Rattatast en se penchant sur Hermez, cette dernière tentant dès lors de le désarçonner en grondant. Tu voudrais pas lui glisser un petit mot comme quoi tout est sous contrôle et que tu les tiens à l’œil ?
_Et bien je... Je peux faire ça, oui, oui... Mais c'est moi qui vous tient à l’œil !'' déclara la furette en dirigeant ses yeux de foudre sur les deux insectes.

Et tandis que Hermez murmurait à une brise fraîche le message qu'elle destinait à sa maîtresse, les deux butineurs échangèrent un regard et un haussement d'épaules. L'idée d'être surveillés par un furet ailé aussi haut que leur jambe, plutôt que par une femme-oiseau qui les dépassait d'une tête semblait plus rassurante.


***

Après avoir convaincu le grand blaireau et l'avoir redirigé vers la boule de piquants qui leur tenait lieu de point de rassemblement, Houd partit en quête d'autres Anciens désireux de rejoindre sa cause. Ou plutôt de se détourner de la cause majoritaire.

Et justement, le couple de batraciens royaux était sur le départ, s'apprêtant à rejoindre les rangs des loas dans les jungles trolles, lorsque la taupe sombre perça la surface devant eux.


''_Ainsi donc la Grenouille et le Crapaud désertent la bataille, déclara Houd d'un ton accusateur.
_Nous nous battrons sur un champ de bataille différent, nuance, mammifère, rétorqua la Reine. Si nous devons défendre ce monde, nous le ferons selon nos termes. Auprès d'un peuple qui nous adule et mérite notre assistance.
_Qui vous adule ? Alors vous choisissez la gloire auprès des mortels plutôt que votre devoir ? Êtes vous vraiment des Anciens ? Des protecteurs de ce monde ?
_Le monde est vaste, fouisseur. Nous en sauvegarderons la part que nous avons toujours protégé.
_Les terres trolles ? Elles comptent parmi les plus éloignées de l'épicentre de l'invasion. Les trolls n'affronteront peut-être qu'une infime portion des armées démoniaques ! Vous dites vouloir les défendre, mais ils n'ont jamais fait que se perdre dans des conflits intestinaux et des guerres contre les autres races. C'est pour cela qu'ils sont déchus aujourd'hui... Et vous tomberez avec eux si vous continuez à renier votre devoir sacré !
_Silence ou votre sang sera le premier à tâcher mon arme durant ce conflit !'' tonna le crapaud en levant sa masse pour écraser Houd.
Disparaissant dans son trou, la taupe s'ôta du chemin de la lourde arme d'or qui s'écrasa sur la terre meuble. Il perça la surface à quelques pas de sa position initiale et continua son discours réprobateur :


''_Vos armes sont déjà plus maculées du sang d'habitants de ce monde que de celui de ses ennemis... Savez vous encore ce qu'être un Ancien signifie ? Cela signifie que votre place est sur ce champ de bataille et pas un autre.
_Vous nous reprochez de supporter les mortels et souhaitez que nous nous battions ici sous les ordres d'un seul d'entre eux ? coassa la grenouille. Le poil vous pousse dans la cervelle, mammifère.
_Ce champ de bataille est plus vaste que l'endroit où nos camarades ont décidé d'intervenir. Laissez moi vous expliquer de quelle façon vous pouvez accomplir votre devoir, sans suivre un mortel et en donnant tort à tous ceux qui ont commis cette erreur.''

Sa masse d'arme toujours en main, Tlop guetta du regard l'approbation de la Reine Grenouille. Lorsque celle-ci invita la taupe à poursuivre, il baissa son arme d'or vers le sol et reprit une posture de gardien au repos, écoutant ce que l'Ancien des profondeurs avait à dire.

***

Il était dit que Spinoix, lorsqu'il se roulait en boule, était absolument inextricable et que nul ne pouvait le forcer à se découvrir. Ceux qui s'y frottaient de toute façon prenaient le risque de se piquer à ses aiguilles affûtées, dont on disait qu'elles pouvaient trancher le vent.
Pour le tirer de cette posture de défense il fallait disait-on, réussir à le réveiller.  Car lorsqu'il se roulait en boule, Spinoix dormait profondément et n'avait plus conscience du monde que par le Rêve, si bien qu'il n'était jamais très certain que ce qui se passait autour de lui était la réalité ou non...

Rattatast, après quelques siècles passés à fréquenter le hérisson avait appris la technique infaillible pour sortir Spinoix de sa torpeur. Armé d'une longue plume, qu'il immisça dans la boule de pics, l'écureuil commença à chatouiller le ventre de son compère.
L'essentiel, disait-il aux autres Anciens qui le regardaient faire avec perplexité, c'était de ne pas lui titiller le museau, au risque de provoquer un éternuement, et donc une explosion d'aiguilles mortelles.


''_Et c'est pour ça que tu as volé une plume à Aviana ? s'écria Hermez.
_Tu croyais que c'était pour quoi ? Pour  ma nouvelle parure ? Pour les pouvoirs magiques ? On est tous gavés de magie ici, j'ai pas besoin de ça, moi. Tiens, tu peux la reprendre maintenant''

Et sur ce, Rattatast piqua la plume de la déesse-oiseau dans la fourrure d'Hermez, qui eut l'air plutôt satisfaite. Pendant ce temps, la boule de piquants remuait et gigotait pour découvrir finalement le hérisson qui venait d'être tiré de sa sieste.

''_Alors, qu'est-ce qui a été décidé finalement ? demanda Spinoix de sa voix ensommeillée, tout en se frottant les yeux.
_On part en mission spéciale ! Rien que toi, moi et tous nos amis ici présents, répondit Rattatast en désignant la petite troupe derrière lui.
_Oh... Bonjour.'' dit simplement le hérisson en agitant la main devant les autres Anciens, qui même s'ils étaient relativement petits parmi leurs compères, le surplombaient d'une ou deux têtes. Et sans que Spinoix sache trop pourquoi, tous portaient sur lui un regard circonspect.

''_Excusez-moi, demanda Huisaile, aussi poliment et doucement que possible. Mais vous n'avez pas exactement l'air d'un combattant. Je veux dire, je ne suis moi-même pas un être de guerre, mais je sais utiliser les Arcanes. Et vous, quelles sont vos ''techniques'' de combat ?
_Mes techniques de combat à moi ? Et bien... Je me roule en boule et j'attends qu'on me lance sur quelqu'un.
_Et c'est tout ? questionna encore Tlop, sceptique.
_Oh oui, jusqu'ici je n'ai jamais eu besoin de faire plus...''

Clignant de ses yeux fatigués, le hérisson regardait tour à tour ses interlocuteurs qui tournèrent la tête vers Rattatast. Ce dernier était occupé à tirer plusieurs longueurs de lianes du sol, d'où elles sortaient par enchantement.

''_Il ne sait pas se battre ? gronda Grimmbar à l'adresse de l'écureuil.
_Spinoix ? Se battre ? Non, évidemment que non, assura Rattatast tout en tressant ses lianes. Spinoix est lui-même une arme vous voyez... Bon évidemment c'est pas le plus actif des Anciens, mais il paraît que je suis bien assez hyperactif pour nous deux, alors... Tout va bien, non ?''

Et tout en parlant, le rongeur nouait l'extrémité de sa corde végétale à la patte du hérisson. Ce dernier, une fois solidement attaché, s'apprêta à se rouler à nouveau en boule, mais Rattatast l'en empêcha, tenant ses yeux grand ouverts avec ses doigts, sa face quasiment collée à celle de son camarade.

''Eh ! Eh ! Attends une seconde avant de te rendormir. Je dois faire un discours, et après ça on ira sur le champ de bataille, alors ne me lâche pas maintenant, d'accord ?!''

Hochant mollement la tête, Spinoix suivit du regard l'écureuil qui se précipitait sur une grande souche du haut de laquelle il observait toute son assistance, usant d'un gland comme d'un piédestal.
Après un court raclement de gorge, l'écureuil entama un discours qui s'enflamma rapidement, ponctué de gesticulations excessives :


''Mes amis ! Vous êtes réunis en ce jour car comme moi vous n'acceptez pas la stupidité de nos pairs ! Car comme moi vous êtes des Anciens dotés de bon sens et que vous avez été moqués, insultés, traités comme insignifiants parmi la masse !
Mais pourtant je vous le dis : nous ne sommes pas la masse ! Nous ne sommes pas comme ces empotés qui ont choisi de suivre les mortels plutôt que d'accomplir comme il se doit leur devoir sacré. Nous, on sait ce qu'il faut faire pour que cette histoire se termine bien, et je peux vous dire qu'on va se battre pour ça ! Et que l'Histoire on va la marquer d'une empreinte qui signifiera quelque chose pendant longtemps ! Car aujourd'hui mes amis, nous serons Signifiants ! Nous serons les Anciens Signifiants !''

A la fin de son discours, Rattatast fixait son auditoire avec insistance, les yeux écarquillés et la respiration haletante. En réaction de son auditoire, l'écureuil eut droit aux applaudissements encourageants des deux insectes, à ceux très formels des batraciens, à celui hésitant de Hermez qui avait attendu les autres pour se lancer, à un petit ''wouhouh'' baillé par Spinoix, au hochement de tête approbateur de Houd et à un grondement appréciateur de Grimmbar.

Voyant cela, le rongeur se passa le doigt sous le museau en regardant son public d'un air fier. Puis lorsque le silence retomba entre les arbres, il s'apprêta à donner le signal de leur départ, mais un dernier applaudissement se fit entendre, d'apparence plus enthousiaste, à l'orée de la clairière qu'ils avaient quittés...


***

Pendant que Rattatast et Houd s'efforçaient de réunir ceux qui comme eux s'étaient offusqués de la décision des Anciens, Larairah -le Haut-Roi de Garennes- en riait avec sa camarade goupil.

''_Je pense que c'est la meilleure blague que j'ai jamais entendue depuis des siècles. Et pour une fois, elle ne vient pas de moi.
_C'est vrai que ça semble grotesque... Mais ce n'est pas une si mauvaise chose tu sais. On avait jamais participé à ce genre d'action collective auparavant. Puisqu'on doit protéger ce monde, ça ne fait pas de mal de découvrir ce dont on est capables, tous ensemble.
_Oh je suis d'accord qu'une action coordonnée est une bonne chose... Mais une charge ? Sérieusement ? Est-ce qu'ils ont pensé que certains d'entre nous ne savent même pas se battre ?
_Et par 'certains' tu veux dire toi, je présume ?'' le taquina la renarde en lui présentant un large sourire qui révélait ses crocs. Reculant malgré lui, le lièvre reprit rapidement contenance pour répondre.

''Entre autres, oui. Je suis pas fait pour le combat. Je suis taillé pour la course. Ma vie se résume à ça : titiller un prédateur, puis courir le plus vite possible pour tester ses limites et surpasser les miennes. Je suis un Ancien de l'extrême. Un athlète ! Pas un soldat. Me lâcher au beau milieu d'un essaim de carnivores : aucun problème. Espérer que j'y sauve le monde en plus de ma queue touffue : certainement pas !'' affirma le lapin en se frappant la croupe.

Son interlocutrice l'écoutait avec un air amusé lorsque les paroles de Rattatast parvinrent jusqu'à leurs oreilles, attirant leur attention. En allant y voir de plus près, ils purent observer l'assemblée et écouter jusqu'à la fin le discours de l'écureuil.

Si la renarde eut l'air perplexe, Larairah se montra bien plus enthousiaste, et même amusé par la scène.


''_Est-ce que j'ai bien compris ? Ils veulent affronter les démons... Sans les autres ?
_On dirait, ouais. Ça, c'est extrême, tu vois ?
_C'est de la folie, oui. Ils vont certainement mourir dans leur coin sans que personne ne le sache.
_Moi je trouve l'idée nettement plus palpitante que ce que nous proposait le mortel. Et regarde, aucun prédateur dans les rangs. Sauf Grimmbar. Mais je le connais on est bons amis.
_Ha ! Toi tu as des amis chez les dents-pointues ? Grande nouvelle. Fais ce que tu veux, mais moi je retourne dans les rangs des grands Anciens, dit la renarde en se détournant du rongeur. Ils ne sont peut-être pas 'signifiants', mais ils ont de bonnes chances de s'en tirer vivants. Si ça tourne mal avec tes copains les petits animaux de la forêt, tu sais où me trouver.
_Sûrement entre les pattes de ton grand méchant loup en train de faire les yeux doux, rétorqua Larairah, cinglant.
_Tu me connais trop bien... Peut-être que je devrais essayer de te tuer un jour.''

Et sur cette dernière plaisanterie, l'Ancienne à la crinière flamboyante fila, laissant derrière le lièvre qui alla à la rencontre de ses pairs, un brin d'herbe entre les lèvres. Applaudissant avec retard, Larairah s'attira l'attention de tous les présents avant de déclarer, de toute sa nonchalance habituelle :

''Édifiant ton discours, casse-noisette. Je passais ici par hasard et j'ai pas pu m'empêcher d'écouter jusqu'au bout tant c'était inspirant. En tout cas, laissez moi vous dire que je suis à 100% derrière vous. D'autant que vous avez réuni une fine équipe : Des butineurs, des seigneurs des marais, Grincheux, Dormeur et même la peluche d'Aviana ! Dites donc... Et... Houd, c'est encourageant de voir que tu ne laisses pas ton handicap t'éloigner de tes devoirs.'' dit-il en agitant la main devant les yeux bandés de la taupe.

Rattatast, qui n'appréciait guère cette intrusion vint se planter devant le lièvre, en équilibre sur son gland-tabouret pour tenir tête à son interlocuteur.


''_Dis donc toi, si tu es venu ici pour faire ton chaud lapin, tu peux retourner tout de suite avec les autres lourdauds. Ici, on essaye de faire quelque chose d'important, qui sauvera le monde, pigé ?
_Ohla, du calme mon petit écureuil, je suis pas ici pour saboter votre plan génial. Au contraire, je viens me joindre à vous.''

Plissant les yeux, Rattatast fixait le lapin comme s'il tentait de lire en lui ses véritables intentions. Larairah soutenait son regard en mâchonnant son brin d'herbe, un sourire fin sur les lèvres. Puis après quelques secondes, l'écureuil perdit patience et se tourna vers l'Ancien fouisseur, réclamant son assistance à grands gestes.

''_Un Ancien de plus est toujours le bienvenu évidemment... Seulement, arrête moi si je me trompe, mais tu ne sais pas combattre.
_Non, il ne sait pas, gronda Grimmbar. C'est un lâche et un agitateur, pire qu'un farfadet !''

A ces insultes, le lièvre n'offrit qu'un rire amusé et même moqueur, avant de chuchoter à Rattatast :

''Je crois qu'il m'en veut encore pour la fois où je lui ai chapardé son terrier juste avant l'hiver. Tout le confort dont on peut rêver pour l'hibernation, ce gros ronchon est très douillet en fait''

Puis il reprit, pour tous :

''_Écoutez, je connais pas votre plan formidable pour sauver le monde. Mais je sais qu'il n'est pas sans faille. Aucun plan ne l'est. Je sais peut-être pas combattre mais quand il s'agit de battre en retraite je suis imbattable. Mais si ça tourne au vinaigre, vous serez en première ligne et ce sera peut-être déjà trop tard pour vous. Sauf si je reste pour couvrir vos arrières... Il suffira d'un mot de votre part et je ramène toute la cavalerie, avant que vous ayez eu le temps de dire ouf.
_Attends, attends, objecta un Rattatast perplexe. ...Tu veux dire que si ça se passe mal, tu vas envoyer ceux qu'on voulait sauver... Pour nous sauver, nous ?
_Oh je m'attends pas à ce qu'ils fassent tous le déplacement, surtout pour toi casse-noisette... Mais ils sont toute la puissance de ce monde, une fraction suffirait à vous sauver les miches.
_Et donc... commenta la rainette. Votre contribution à la bataille se résumerait à attendre tranquillement qu'elle se termine, en espérant que vous n'aurez pas à lever le doigt ? Une participation de bien infime mesure si vous voulez mon avis.
_Votre majesté... dit Larairah avec une révérence exagérée. Votre cerveau d'amphibien doit être très différent du mien alors permettez moi de résumer : Ma participation se mesure au fait que vous tous êtes le plan A et qu'à moi tout seul je serais votre plan B. Ou peu importe les deux premières lettres de l'alphabet des marais.''

En se redressant, le lièvre ne put s'empêcher de sourire à la reine grenouille, se délectant de l'air crispé qu'elle affichait devant ses moqueries.

''_Il marque un point, fit noter Houd, l'air grave. Un plan de secours est toujours plus sûr, sinon indispensable.
_Alors quoi... On le prend ?! s'exclama Rattatast qui ne suivait plus.
_Oui, il vient avec nous. Et maintenant si personne n'a plus rien à ajouter, nous devrions nous mettre en chemin.''

Lorsque les autres Anciens firent signe qu'ils n'avaient plus d'objection, l'Ancien fouisseur ouvrit la route, très vite rejoint par l'écureuil bondissant qui scandait :

''En avant Anciens ! L'heure de la bataille a sonné ! Et l'heure de sauver le monde aussi !''

Suivant la troupe, Larairah gardait un regard amusé sur ses compagnons, se disant qu'il allait s'en payer une bonne tranche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tym

avatar

Messages : 54

Feuille de personnage
Classe: Voleur
Sexe: Homme
Peuple: Worgen

MessageSujet: Re: Les Anciens Signifiants   Dim 15 Juin - 0:18

Prestement, Houd, l'Agent des Profondeurs, mena ses camarades au lieu de l'assaut démoniaque qu'il souhaitait prévenir et surtout contenir. Il s'agissait d'une vallée sur le flanc est du mont Hyjal, étendue d'herbes et de collines qui s'ouvrait sur un front de quelques kilomètres. Elle était fermée au nord par un bras de la montagne et au sud par une forêt. Et en face des Anciens, à plusieurs lieux de leur position, la légion de démons emplissait l'espace. Grands ou petits, ils se pressaient sur toute la largeur de la vallée, et en couvraient même le ciel.

''_Ils sont très très nombreux, oui, oui, constata Hermez. Peut-être trop pour nous, non ?
_Il faudra que nous nous dispersions, oui, dit Houd. Toi, Huisaile et Mélissé vous chargerez de les attaquer depuis le ciel. Mais aussi de nous couvrir de leurs propres attaques. ''

La furette hocha vigoureusement la tête, de même que les deux insectes qui ne quittaient pas des yeux l'armée qui venait à leur rencontre.

''_Rattatast, tu prends Spinoix avec toi. Vous vous chargerez de couvrir la voie au nord. Est-ce qu'il... commença la taupe en désignant le hérisson qui s'endormait.
_Oui, oui, il tiendra le coup.affirma l'écureuil en donnant de petites tapes sur la joue de son camarade.
_Tlop et... Sa Majesté. Vous serez chargés de tenir la ligne au sud. Pas de problème avec ça ?''

Avachie sur son trône d'eau, la Reine Grenouille eut un petit geste dédaigneux de la main et son Gardien Crapaud inclina doucement la tête.

''Grimmbar tu resteras au centre. En grossissant tu attireras certainement toute leur attention, alors le plus énorme tu deviendras, le mieux ce sera d'accord ?''

Un grondement approbateur se fit entendre pour toute réponse.

''_Larairah, tu resteras près de Grimmbar. Si lui commence à flancher, ce sera le signal qu'il te faut pour aller chercher des renforts.
_Ça n'arrivera pas... grogna le blaireau qui gagnait déjà quelques mètres de plus.
_C'est bien, c'est exactement ce qu'on t'a demandé, mon grand, plaisanta le lièvre en tapotant la patte du grand Ancien. Maintenant, loin de moi l'idée de douter de vos capacités mes petits amis, mais qu'est-ce qui se passera si vous en laisser filer un ou deux ?''

Plantant ses deux lames dans le sol, Houd fit quelques pas en direction de la montagne qu'ils devaient protéger. Il passa une patte experte sur le sol, gratta un endroit qui lui semblait particulièrement approprié puis tapa du pied. Des craquelures apparurent au sol, qui avancèrent jusqu'aux pieds de la montagne pour se disperser de  part et d'autres, la longeant sur toute la largeur de la vallée. Il y eut enfin un craquement sourd, retentissant depuis les profondeurs de la terre avant que la fissure ne s'ouvre sur une faille béante qui fit vaciller les Anciens.

''_Ooh... Plutôt pas mal, admit Larairah avec sa nonchalance habituelle.
_Pfuah, tu parles, intervint Rattatast. J'ai un cousin qui sait faire pareil. Avec son gland, même.
_Tu m'en diras tant... Et pour le ciel ? Ces démons volent aussi, pour le peu qu'on en a vu.
_Oh, oh ! Moi je peux faire quelque chose. Quelque chose, oui oui !''

Hermez voletait en tout sens et levait la main pour qu'on la laisse faire démonstration de son pouvoir. Lorsqu'on lui fit signe que sa magie était la bienvenue, elle fila en trombe à l'extrémité de la faille ouverte par Houd.
La foudre tomba là où la furette semblait être arrivée, puis cette dernière repassa devant les Anciens avant même que le bruit du tonnerre ne leur parvienne, apportant dans son sillage des trombes de pluie et les nuages orageux qui allaient avec. Elle termina sa course à l'autre bout de la vallée, avant de revenir vers ses camarades, enjouée.


''_Splendide, et pas une goutte sur mes oreilles. Très professionnelle. J'aime beaucoup. Et pour ceux qui voudraient passer par la forêt ?
_Je pense pouvoir faire quelque chose pour que la forêt leur paraisse moins accueillante, dit alors Melissé de sa voix douce. Quelques rosiers devraient suffire à...
_Ouais, des ronciers, ouais !'' s'écria Rattatast en brandissant son gland fétiche.

Courant vers la forêt, l'écureuil fit quelques pas avant de sauter et de planter la graine dans le sol. S'en suivit une pulsation de magie druidique qui s'étendit jusque dans les bois, là où des ronciers se mirent à croître démesurément. Très vite, les plantes épineuses emplirent l'espace entre les arbres, transformant la forêt en inextricable marée d'épines.

Devant l'air désolé de la Reine des Abeilles, Huisaile désigna le gouffre pluvieux derrière le groupe :


''_Je pense qu'il serait pertinent de renforcer encore cet endroit. Après tout, il s'agit de notre dernière ligne de défense. Qu'en pensez vous... Houd ?
_Hrmm... Quelques rosiers ne seraient pas de trop, sans doute.'' admit la taupe en tournant ses yeux aveugles dans la direction indiquée par le papillon.

Et c'est d'un air reconnaissant que Melissé prit quelques mètres de hauteur avant d'étendre les bras en exécutant une sorte de ronde, semant une pluie de pollens qui traversa la tempête levée par Hermez pour se répandre de l'autre côté du gouffre. Presque aussitôt, une haie de grands rosiers s'éleva et s'étendit tout au long de la faille béante pour former en quelques secondes un mur végétal aux aiguilles acérées.


''_Rassuré ? demanda Houd à Larairah.
_Pas mal, pas mal, répéta le lièvre. Pour un début évidemment...
_Très bien, reprit Houd avant de s'adresser à tous. Maintenant la bataille va vraiment commencer. Chacun sait ce qu'il a à faire ?
_Eeeh... On sait tous ce qu'on va faire sauf toi en fait, intervint Rattatast.
_Moi ? Je vais faire ce que je fais d'habitude, récolter des informations. En l'occurrence, trouver le démon qui mène cet assaut. Je vous contacterais quand je l'aurais trouvé. Tenez la ligne d'ici là, bonne chance.''

Et sur ce, l'Ancien fouisseur disparut sous terre, laissant tout le loisir à l'écureuil de crier :

''Vous l'avez entendu ?! Tout le monde à son poste, aujourd'hui on se paye une bonne plâtrée d'envahisseurs !''

***

Quelques instants après qu'ils se soient séparés, chacun des Anciens s'armait ou préparait le terrain, anticipant l'approche de la Légion Ardente. Melissé et Huisaile, qui avaient pris de la hauteur, purent constater l'immensité des effectifs démoniaques qui déferlaient sur leur position sans sembler avoir de fin.

Étant les premiers à portée d'attaque, ils furent les premiers à agir.

Huisaile, qui tirait son pouvoir des lignes telluriques, redessina d'une simple pensée les motifs sur ses ailes afin de produire le tracé de puissantes runes. Puis, d'un ample battement d'ailes, il libéra une déferlante d'énergie arcanique sur les démons, provoquant une trouée dans la mêlée. Trouée qui disparut alors que les rangs ennemis se resserraient presque aussitôt.

Melissé, dont la puissance se manifestait par le biais de la végétation qu'elle faisait naître, parcourait le champ de bataille en semant divers pollens sur les démons et le sol qu'ils piétinaient. Presque aussitôt, de grandes plantes jaillirent dans les rangs démoniaques pour les entraver. Qu'il s'agisse de fleurs flagellantes géantes, de vignes étrangleuses ou de plantes carnivores, chacun des combattants semait son lot de chaos avant de finir promptement abattu et écrasé par les démons.

Après quelques minutes de ces efforts qui leur paraissaient futiles, les deux butineurs se retrouvèrent, tous deux embarrassés.


''_C'est à croire que rien ne les arrête... J'ai pourtant fait appel à ce que la flore offrait de plus hostile.
_Et j'ai de mon côté employé l'Arcane sous sa forme la plus brute... Mais ça ne les arrête pas non plus.
_J'ai l'impression de gâcher mon énergie et ces vies végétales pour si peu ! s'exclama la Reine des Abeilles, frustrée.
_A qui le dites vous, très chère... Je pense que nous devrions produire un effort conjoint si nous voulons qu'il soit significatif. Avec la magie des runes, vos combattants deviendront assez forts pour que leur participation à la bataille ne paraisse pas insignifiante.''

Après un hochement de tête de Melissé, les deux Anciens insectes volèrent de concert au dessus de l'armée démoniaque, faisant pleuvoir sur elle un pollen imprégné de runes. Cette nouvelle semence pleine de magie produisit de nouveaux combattants végétaux, striés de motifs runiques destinés à les renforcer. L'initiative sembla porter ses fruits car les nouvelles plantes étaient en tous points supérieures à leur prédécesseurs et offraient une résistance plus acceptable aux démons.

Voyant qu'ils étaient là sur la bonne voie, les deux butineurs tentèrent d'autres combinaisons de leurs pouvoirs sur les démons en contrebas. Empêtrant les démons aériens dans des lierres brûlants, faisant pousser des pans de gazon qui se givraient pour désorganiser la marche de l'armée ou semant des spores imprégnés d'arcanes explosives, le couple d'êtres de chitine s'assurait que le terrain devienne aussi hostile et impraticable que possible pour les démons.


***

Assurant elle aussi sa vigilance depuis les airs, Hermez ne tournait pour sa part pas son regard vers les terres, mais vers le ciel. Voletant nerveusement sur toute la largeur de la vallée, elle avait hésité à se lancer au combat en même temps que les Anciens insectes, tiraillée par la directive de ''tenir la ligne'' et le fait qu'elle pouvait fondre sur ses ennemis en un clin d’œil. Elle s'était donc contentée d'avancer et de reculer anxieusement tandis que la ligne ennemie approchait inexorablement.

Lorsque arrivèrent les premiers essaims de démons ailés, la petite furette avait foncé à leur rencontre, vive comme le vent qu'elle avait levé en bourrasques pour bousculer les envahisseurs et les faire s'entrechoquer.

Constatant que cette timide attaque était incapable de les arrêter, elle avait alors tenté d'invoquer de nouveaux nuages orageux qu'elle avait lancés sur le chemin des démons, en espérant les voir s'y perdre. Mais cela ne suffisait pas non plus, et pire encore, les intempéries risquaient de gêner ses deux alliés volants.

Ces assauts, bien que faibles eurent au moins le mérite d'attirer l'attention des gardes funestes ailés, dont les escadres commencèrent à converger vers la furette. Prise en chasse, Hermez redoubla de célérité et d'agilité pour passer entre les lames et les griffes qui tentaient de la saisir au vol. Loin de se laisser déborder, la petite créature volante soufflait de fortes bourrasques en tournoyant autour de ses ennemis, provoquant de brèves tornades qui désorganisaient totalement leur mêlée.

Puis, alors que plus de démons s'agglutinaient dans cette portion du ciel où l'éclair de fourrure continuait de leur filer entre les doigts, un nuage de feu gangréné se joignit à la chasse. L'esquivant d'abord avec facilité, Hermez se rendit compte que les flammes la poursuivaient, inclinant leur course pour suivre l'Ancienne à la trace. Mettant tout son talent de voltigeuse à profit, la furette multiplia les chandelles, les vrilles et autres acrobaties aériennes pour tenter de semer la magie destructrice qui la pourchassait. Mais même en plongeant dans la mêlée de gardes funestes, de sorte à interposer les démons entre elle et le sortilège, Hermez ne put que constater que les flammes se dispersaient pour éviter leurs alliés et reprendre forme toujours sur ses talons. Pire encore, elles prenaient de l'ampleur, le feu menaçant d'engloutir le petit animal à chaque seconde qu'elle passait à tenter de le fuir.

Au détour de sa folle poursuite, l'Ancienne remarqua le démon qui semblait être à l'origine du sort : Plus fin que les gardes funestes parmi lesquels ses amples ailes le portaient et affublé de longues cornes incurvées, le visage blafard du Nathrezim se renfrognait alors que ses longs doigts griffus tissaient avec célérité la puissante magie qui animait les flammes.

Hermez ne manquait ni de souffle ni de pouvoir pour continuer à lutter contre les forces aériennes de la Légion, mais voir la puissance et la férocité déchaînées par les démons sur sa seule personne -sans que cela ne semble infirmer leur avancée- l'affola quelque peu. Prise de doute, la furette se demanda si elle serait réellement capable de tenir cette ligne et de sécuriser les cieux pour ses alliés. S'en remettant à la seule référence qu'elle avait en matière de combat, elle se demanda ce qu'Aviana aurait fait à sa place, et ce qu'elle faisait déjà de son côté.

Se disant que la déesse oiseau n'aurait sans doute jamais laissé ses ennemis la prendre pour une proie, elle décida qu'il était temps de faire face et de réellement porter le combat aux démons. Au détour d'une acrobatie qui devait l'écarter des gardes funestes et des flammes, elle se positionna en vue du Nathrezim qui continuait de renforcer le sort qu'il lui jetait. Ses yeux de foudre ne quittant pas le sorcier à quelques centaines de mètre d'elle, la furette se rendit également compte qu'Aviana n'aurait pas cherché à économiser ses forces et aurait entamé le combat avec toute sa puissance, repoussant sans doute ses propres limites pour vaincre.

Dans un souffle, Hermez s'élança à l'attaque, et invoqua l'orage. Avalant les distances qui la séparaient du démon, l'Ancienne devenait un véritable globe de foudre alors qu'une succession d'éclairs illuminait son chemin, la frappant en plein vol pour la charger de puissance. Le tonnerre roulait dans son sillage à en couvrir le grondement du brasier démoniaque qui continuait de la talonner sous la forme d'une gueule reptilienne enflammée.

Les démons qui s'interposaient entre elle et sa cible se trouvaient foudroyés, transpercés et leurs corps retombaient mollement sur l'armée en contrebas. Confiante quant à ses chances face au sorcier, Hermez fonçait sur lui, sa gueule grande ouverte dans un cri aiguë.



***


''Allez, approchez. C'est la guerre que vous voulez ?'' pensait Rattatast alors que la ligne de la Légion fonçait dans sa direction, véritable mur de lames noires et de gueules hurlantes.

Ses bajoues gonflées des pépins de pastèques dont les restes trônaient à ses pieds, l'écureuil trépignait sur place, attendant que l'ennemi passe à portée. A côté de lui, Spinoix peinait à tenir éveillé, mais puisque c'était la guerre il faisait de gros efforts pour rester conscient de ce qui arrivait.
Tout de même, avec cette armée qui approchait, il se sentirait plus en sécurité s'il pouvait se rouler en boule. Bientôt ses piquants seraient tout ce qui éloignait ses ennemis de lui, et ce n'était pas la pensée la plus plaisante qu'il ait eu.
Rattatast au contraire, se retenait difficilement de planter son ami ici pour partir à la rencontre des démons et, lorsqu'il les jugea suffisamment proches, il déchaîna sur eux un crachat de pépins si vif que ceux touchés s'effondraient sous le mitraillage.

Arrosant les démons de ce feu nourri, le Collectionneur de Graines creusait leurs premières lignes au point qu'un pan de l'armée commence à converger vers lui, piétinant le sol et hurlant contre le rongeur qui s'en donnait à cœur joie.

Mitraillant jusqu'à ce que sa bouche soit vide et que les démons l'encerclent, il alla soulever son compère hérisson qui dormait debout et ; le brandissant au dessus de sa tête en le tenant par le ventre, il frotta l'herbe de la patte pour y faire naître une unique fleur. Cette dernière poussa jusqu'à ce que son cœur plein de pollen ne chatouille le museau du petit Dormeur.

Un froncement agita le museau du hérisson. Spinoix prit une première inspiration puis une seconde, et éternua.

Une volée de centaines de piquants se dispersa autour de lui, chacun produisant un sifflement caractéristique alors qu'il fendait l'air et tout ce qu'il rencontrait. Métaux, chairs, os, rien ne stoppait les aiguilles qui criblèrent les premiers démons avant de continuer leur chemin dans les rangs, provoquant un véritable carnage.
Dans l'armée démoniaque, ce fut un arc de cercle de plusieurs centaines de mètres qui s'affaissa soudainement, avant que les piquants ne daignent ralentir leur course et se fichent dans le dernier obstacle rencontré.

Profitant de la brève accalmie qui régnait avant que la marée de démons ne renfloue les pertes, Rattatast reposa son camarade à terre. Roulant en boule, le hérisson au dos dénudé s'endormit tandis que ses piquants repoussaient à vue d’œil. L'écureuil s'empara alors de la liane qu'il avait nouée à la jambe de son camarade et la brandit au ciel. Faisant tournoyer l'Inextricable au dessus de sa tête comme une arme mortelle, il tranchait et repoussait sans difficulté les démons qui approchaient à nouveau.


***

''_Cette situation me déplaît, annonça simplement Cwalcwutlicwa depuis son trône d'eau.
_Ma Reine ? lui demanda son éternel gardien sans quitter des yeux les démons qui approchaient.
_Nous placer face à une armée innombrable, sans plus de soutien de la part de nos alliés que l'assurance qu'ils tentent la même chose à quelques lieues.
_J'affronterais des dizaines d'armées pour vous ma Reine, répondit Tlop qui n'avait pas mieux à dire que ce qu'il savait vrai.
_Je le sais bien mon cher. Mais puisqu'il nous faut tenir cette ligne, j'aimerais aussi bien affirmer notre position sur le champ de bataille. Et pour cela j'ai besoin de mon armée propre.''

Étendant les bras, la Reine Grenouille commença à psalmodier en langue élémentaire. Du rideau de pluie battante qu'avait invoqué Hermez avant la bataille, commencèrent alors à s'extirper de grands élémentaires d'eau qui se placèrent en formation autour du trône de l'Ancienne, levant leurs armes et leurs boucliers. Des dizaines d'autres plus petits jaillirent des trombes d'eau à leur tour pour se lancer à la rencontre de la ligne démoniaque que leur désignait la grenouille.

Laissant les élémentaires le dépasser, le Prince Crapaud attendit que les démons ne soient plus qu'à une centaine de mètres avant de s'élancer à son tour. D'un unique bond qui le porta haut dans le ciel, Tlop atterrit avec fracas dans les premiers rangs des démons, abattant sur eux sa lourde masse d'or. L'onde de choc en résultant renversa les adversaires immédiats du guerrier amphibien qui commença à mouliner de son arme pour dissuader ses ennemis d'approcher et briser ceux qui essayaient. Les démons qui réussissaient malgré tout à passer sa garde étaient réceptionnés par un revers de la targe dorée de l'Ancien. Vigilant, ce dernier surveillait du regard ceux qui  le dépassaient et les happait d'un coup de sa longue langue de batracien pour les rejeter dans leurs rangs.

Lorsque les élémentaires qu'il avait dépassé le rejoignirent finalement dans la mêlée, Tlop avait déjà abattu une dizaine de démons.

Couvant d'un regard attendri son amant qui se battait, Cwalcwutlicwa observait la bataille depuis son trône, avec l'attention distante d'une souveraine devant l'énième tournoi organisé en son honneur. Remuant distraitement un doigt au dessus du sol, elle transformait à vue d’œil la plaine autour d'elle en une lande marécageuse. Et déjà des créatures de brumes, amas de végétation pourrissante et limons s'extirpaient des mares pour avancer avec leur lenteur typique vers les rangs ennemis.

Le regard de la rainette se fit soucieux lorsqu'elle vit une giclée de sang jaillir là où une lame démoniaque avait lacérer son prince. Décroisant les jambes, elle se redressa sur son trône et lança un geyser d'eau purificatrice qui doucha le crapaud, le soulageant de sa blessure et de la douleur. Un léger sourire naquit sur ses lèvres lorsqu'elle vit Tlop se lancer au combat avec une ardeur renouvelée : Plus que le soin magique, savoir qu'il avait toute l'attention de sa Reine avait rasséréné l'Ancien, le poussant à de nouvelles prouesses martiales.

Maintenant que les choses se passaient comme elle l'entendait, la Reine Grenouille pensait que cette petite opération avait bien plus de chances de terminer sur une victoire.


***

Au centre de la ligne, Grimmbar fixait de son air mauvais habituel les démons, piétinant le sol sous lui et raclant les longues griffes de ses mains les unes contre les autres. Larairah était pour sa part étendu dans l'herbe, les mains croisées sous sa tête, en train de mâchonner tranquillement un brin d'herbe.

Voyant le blaireau réajuster une énième fois ses bracelets de bois aux motifs lunaires, le lièvre demanda :


''_Elle n'apparaît même pas dans le ciel, tu sais. Tu penses vraiment qu'elle verra ce qui se passe ici ?
_Elune est présente pour chacun de nous, à chaque instant, affirma Grimmbar, solennel. Elle verra forcément ceux qui se battent pour Elle.
_Si tu le dis... Et ensuite, quoi ? Tu penses qu'elle viendra nous féliciter ? Une médaille, un bouquet de fleurs et une bise sur la joue ? Je t'avouerais que je cracherais pas sur de bonnes pacifiques bien fraîches.
_Qui sait ? La déesse répond parfois à ceux qui lui adressent leurs prières.
_Ouais...''

Il y eut une pause durant laquelle on put entendre les hurlements et les piétinements désordonnés des démons au loin, puis Larairah reprit :

''_Elune t'a déjà parlé à toi ?
_Elle m'a enseigné que la colère devait être tempérée. Et que tout pouvoir devait être utilisé avec parcimonie, afin de préserver l'équilibre.
_C'est plutôt sage, en effet. Je connais un grand méchant loup qui devrait en prendre de la graine.
_Goldrinn s'obstine dans son erreur. Il est entêté.
_C'est rien de le dire ! Tu sais qu'il m'a pourchassé pendant un siècle entier avant de comprendre qu'il m'attraperait jamais ? Les cent plus drôles années de ma vie.''

Grimmbar lâcha un ricanement rauque. Nouveau silence.

''Et à toi ? Elle t'a parlé ?'' demanda l'Ancien blaireau.
Larairah eut un soupir avant de prendre la parole, avec un sérieux que Grimmbar ne lui avait pas encore connu :


''_Un jour, je lui ai demandé quelle était la place des miens dans ce monde. Pourquoi est-ce qu'il semblait que nous étions destinés à mourir des griffes de toutes les autres créatures, sans plus d'espoir que la fuite. Elle m'a expliqué que le véritable dessein qu'elle avait prévu pour nous était bien plus complexe et primordiale qu'on l'aurait cru. Elle m'a aussi dit qu'un grand pouvoir nous avait alors été confié, et que pour le contrebalancer, il avait fallu faire de nous des proies sans défense. Ça avait l'air de la chagriner. Personnellement ça m'a fait plaisir de savoir que j'avais en moi le pouvoir de botter les fesses de tout le monde.
_Ça explique ton arrogance, finalement. Mais c'est une belle histoire, reconnut le blaireau.
_Merci, je viens de l'inventer.''

Un grondement mécontent vint couvrir le ricanement malin du lièvre.

''Tu m'agaces'' lâcha le Malaimable qui avait pris deux mètres.

Reportant son attention sur les démons, l'Ancien jugea qu'ils étaient suffisamment proches maintenant et son corps se mit en branle. Gagnant en taille et en stature à chacun de ses pas, il chargeait les démons en poussant crescendo un grondement rauque. Lorsqu'il percuta la ligne ennemie avec un rugissement tonitruant, il faisait la taille de deux maisons et les premiers rangs démoniaques se brisèrent sur son corps comme une vague sur un rocher. Fermement ancré sur sa position, la Fureur du Terrier fendait l'ennemi de ses immenses griffes tandis que sa croissance se mesurait maintenant en dizaines de mètres.

Lorsque Larairah cessa de se prélasser pour jeter un œil au combat engagé, son camarade avait déjà pris l'ampleur d'une forteresse.
Vif comme le vent, le lièvre alla alors se placer sur son épaule, juste à côté de son oreille.


''Goldrinn aurait été là, il aurait percé leurs rangs sur une lieue déjà, il faudra faire mieux que ça mon gros.''

Esquivant en un clin d’œil la large patte qui venait le cueillir, Larairah se posta sur le museau du blaireau qui continuait encore de croître.


''Hun hun, trop lent mon grand ! T'es drôlement pataud pour quelqu'un qui se dit proche d'Elune, la déesse préfère pourtant les créatures gracieuses et agiles, un peu comme moi !''
Ponctuant ses paroles de quelques étirements, le lièvre se retourna pour remuer sa queue blanche devant les yeux du colosse avant d'être soudainement soufflé par son rugissement de fureur.

Tombé au beau milieu des rangs démoniaques, Larairah repartit à fond de train, passant entre les démons et les armes qu'ils brandissaient pour s'éloigner du poing immense de Grimmbar qui lui tombait dessus. Ce dernier ne manqua pas de s'écraser là où le Haut-Roi de Garennes s'était trouvé plus tôt, renversant les soldats de la Légion à l'impact.

Courant, bondissant et virevoltant parmi les démons, le Prince aux Mille Ennemis riait aux éclats alors que derrière lui, Grimmbar le pourchassait en écartant de ses énormes pattes la Légion sur son chemin. Un bond dans les airs lui permettait parfois de s'élever au niveau de la Montagne Grondante pour lui crier une moquerie à la face, mais aussi de constater avec satisfaction que toujours plus de démons convergeaient vers leur position. Bientôt le lièvre ne put plus progresser parmi les rangs ennemis, mais sur eux. Et à l'inverse de son camarade fulminant, il s'en donnait à cœur joie.


***

Comme il l'avait annoncé, Houd était parti en reconnaissance, au devant des lignes ennemies, ou plus précisément : en dessous. Aveugle mais doté d'un sens de la magie, il pouvait percevoir celle des démons au dessus de lui, même depuis ses galeries souterraines. Ainsi, depuis le début des combats, il sillonnait le champ de bataille à la recherche des plus puissants sorciers parmi ses ennemis, ceux susceptibles de détenir les informations qu'il souhaitait.

Lorsqu'il trouva enfin une proie satisfaisante, l'Agent des Profondeurs surgit du sol dans une explosion de terre, se débarrassant en quelques coups de lames des démons autour de celui qu'il était venu chercher : un Nathrezim qui usait de magie d'ombre pour couvrir et protéger ses troupes de la magie des Anciens.

Sitôt qu'il la vit, le démon cornu lança sur la taupe une salve de vrilles d'ombre qui tentèrent de s'emparer d'elle. L'Ancien enveloppa ses lames de volutes de la même obscurité et se défit rapidement des entraves déployées contre lui.


''_Je chassais les ombres avant même que vous n'envisagiez de prendre pied sur ce monde, démon, dit Houd à son adversaire. Je te suggère de trouver autre chose.
_Ta magie n'est rien face à la puissance de la Légion, vermine !''

Avec un rictus mauvais, le Nathrezim entama une autre incantation et Houd put sentir sa propre ombre se détacher de lui pour l'assaillir. Il échangea quelques passes d'armes avec elle -restant attentif aux autres démons qui se joindraient au combat- avant d'enfoncer ses griffes dans son corps d'ombre et d'incanter le contresort qui devait la libérer de l'énergie démoniaque qui l'animait. Une fois son double de ténèbres soumis à sa volonté, l'Ancien se tourna à nouveau vers le démon, annonçant d'une voix sombre :

''Vous ne comprenez que la force, alors ? Très bien, je n'envisageais pas d'utiliser une autre méthode de toute façon.''

Et sur ce, d'autres clones d'ombre de la taupe surgirent, bondissant à l'attaque du Nathrezim. Ce dernier, s'il réussit à retenir quelques unes des répliques grâce à ses propres sorts de ténèbres, écopa de larges estafilades tout le long de son corps blafard et chancela, ses deux grandes ailes se déployant autour de lui en protection.

Frappant le sol de sa patte, Houd provoqua un affaissement soudain du terrain qu'il occupait avec son adversaire, les plongeant tous deux dans un puits obscur et profond. Quelques démons malchanceux tombèrent dans le trou et vinrent s'écraser en contrebas sans que cela ne trouble ni l'Ancien ni le seigneur de l'effroi.


''Misérable ! Je graverais dans ton esprit la plus effroyable des peurs !'' cria le démon en se redressant soudainement, lâchant une volée de chauve-souris noires aux cris horrifiants.

Expulsé par le sort, Houd roula au sol puis se redressa, entamant une incantation dans une langue antique que le démon ne comprit pas, mais qu'il reconnut comme porteuse d'un grand pouvoir et d'autant de folie.
De grands tentacules violets sombres jaillirent dans le gouffre, fouettant et écrasant le Nathrezim avant de s'emparer de lui, enserrant son cou, ses jambes et ses bras.


''Dis moi qui est celui qui dirige ton armée ! criait l'Aveugle pour couvrir les grondements et injures du démon. Dis moi où il se trouve et où est ouvert le portail par lequel vous vous déversez !''

Loin d'être coopératif, le Nathrezim continuait de hurler injures et autres menaces, mais c'est lorsque la taupe reconnut une incantation parmi ses paroles qu'elle se jeta sur lui, plaqua ses deux mains griffues sur son crâne et recommença à invoquer rapidement dans une langue ancienne. De nouveaux tentacules plus fins rampèrent alors sur le visage du démon, pénétrant sa gueule et ses oreilles, le laissant muet et vibrant de douleur.

''Je vais te montrer des horreurs à s'en arracher les yeux... Tu sauras peut-être ce qu'est réellement la peur après ça.''

Perçant la volonté brûlante du seigneur démon, Houd immisça dans son esprit les images de secrets tentaculaires aussi vieux qu'Azeroth, de secret enfouis à des profondeurs qu'il avait osé creuser sans savoir les choses qui s'y cachaient. Partageant les souvenirs d'horreurs indicibles avec son ennemi, l'Ancien profita de leur connexion spirituelle pour aller lui-même trouver les informations qu'il avait demandé. Il eut les visions d'un grand sorcier érédar au teint gris, juché sur un promontoire rocheux. Il vit aussi le portail dessiné dans la roche sous le démon et qui vomissait les rangs démoniaques sous son commandement.

Satisfait, il s'extirpa de l'esprit à demi ravagé de son adversaire, le laissant hagard des visions chaotiques qu'il lui avait transmises. Nauséeux d'avoir eu à se les remémorer lui-même, il lui fallut quelques temps pour avoir de nouveau les idées claires.

Une fois remis, il lança un appel spirituel à ses camarades Anciens :


''Je sais où se trouve leur chef. Huisaile, Melissé, Grimmbar et Larairah, il faut que vous continuiez de les retenir, je vous enverrais du soutien. Les autres, rejoignez moi de l'autre côté de la vallée, à l'escarpement rocheux.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Anciens Signifiants   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Anciens Signifiants
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Talandra :: A BORD DU TALANDRA :: Le Pont du Talandra :: [Biographies]-
Sauter vers: